Une fin de conseil en vrac

Il faut au moins la moitié des conseillers municpaux soient présents pour procéder à un vote. Or, depuis le début de la séance, les bancs se vident, surtout du côté de la majorité. Il reste quatre dossiers, dont un concernant le personnel de la ville. On refait l'appel : il manque deux voix. L'opposition refuse qu'on vote : 'il suffirait que n'importe qui conteste, il ferait annuler la délibération. Les téléphones ronronnent pour essayer de rattrapper les élus partis dans la nature. Collomb a menacé : on restera jusqu'à minuit s'il le faut. Des conseillers de la majorité et aussi de l'opposition acceptent de revenir dans l'hémicyle. Ouf, on est passé à deux doigts du clash.

PG

à lire également
Le projet d'autoroute urbaine de l'Anneau des Sciences n'en finit pas de revenir dans les campagnes électorales de la métropole de Lyon. Si Gérard Collomb est l'un des derniers à soutenir le projet dans son tracé vieux de plus de 30 ans, la communication de ses équipes entretient un étrange double discours sur la question de la pollution liée à l'infrastructure.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut