Étienne Blanc, à l’hôtel de région, en mai 2018 © Tim Douet
Étienne Blanc, à l’hôtel de région, en mai 2018 © Tim Douet

"Souveraineté des données" : la com' d'Auvergne-Rhône-Alpes bugge

En soulignant "la question centrale" de "la souveraineté des données numériques" lors de l'inauguration du Data Center Rockfeller, le vice-président LR de la Région, Étienne Blanc, n'a pas mentionné le soutien financier à Facebook. L'association des "Entreprises libres du numérique" s'est chargée de le lui rappeler.

L'association des Entreprises Libres du numérique ne s'est pas privée pour pointer les contradictions de la politique menée sur le numérique à l'échelle de la région Auvergne-Rhône-Alpes. Lors de l'inauguration du Data center Rockfeller à Lyon, le vice-président aux Finances, Étienne Blanc a fait part de la "fierté" de la région de soutenir des projets comme DC For Data. "À l'heure de la révolution numérique, la question de la souveraineté des données est centrale", a-t-il souligné dans un tweet. Si le constat est partagé depuis des années par l'association des Entreprises Libres du Numérique d'Auvergne-Rhône-Alpes, le vocable de " souveraineté" n'a pas manqué de les faire bondir.

En réponse à son tweet, l'association rappelle que la Région finance de la Recherche et développement de Facebook - acteur peu connu pour son éthique concernant les données de ses utilisateurs. Et de rappeler le contrat entre l'éducation nationale et Microsoft qui permet à la firme américaine de "gérer les identités de tous les élèves, professeurs et personnels des lycées". Des lycées qui font partie intégrante des compétences de la Région. Contre toute attente, Étienne Blanc serait-il secrètement un partisan du "en même temps"  si cher à Emmanuel Macron ?

 

à lire également
Denis Broliquier à la mairie de Lyon, le jour de la réélection de Gérard Collomb © Tim Douet – 5/11/18
À quelques mois des municipales, les rapports se tendent entre Denis Broliquier et Étienne Blanc. Le maire du 2e arrondissement agite la menace de listes autonomes. De son côté, le candidat des Républicains refuse de céder à un chantage estimant déjà avoir apporté des gages suffisants à l'un des deux maires d'arrondissement de droite.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut