"Sarkozy, un homme porteur d'une grande violence"

Au cours d'un entretien accordé la semaine dernière, Azouz Begag s'en est pris au Président, coupable selon lui de "transformer la République en une période pré-révolutionnaire c'est-à-dire monarchique". Appelant à une réaction des quartiers populaires, il a attaqué Brice Hortefeux et Fadela Amara.

à lire également
Emmanuel Macron, à Lyon, en septembre 2017 © Tim Douet
Présentée comme la petite sœur de la loi sur le secret des affaires, celle sur les fake news est vécue par les médias comme une entrave supplémentaire à la liberté de la presse. La promesse du Gouvernement de les exclure du périmètre d’une loi focalisée sur les plateformes en ligne peine à convaincre.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut