Jean-Luc Mélenchon à Lyon
© Antoine Sillières

Régionales : Mélenchon déplore le schisme avec les communistes

De passage dans les locaux lyonnais du Rassemblement écologique, citoyen et solidaire pour les élections régionales de décembre, Jean-Luc Mélenchon a regretté l’absence de ralliement du Parti communiste, qui a décidé de faire liste à part.

“Un crève-cœur.” C'est ainsi que Jean-Luc Mélenchon a qualifié le choix des communistes de quitter la table des négociations du Rassemblement écologique, citoyen et solidaire cet été. Présent à Lyon pour soutenir ses "camarades", le député européen a déploré cette absence. "C'est un crève-cœur de les voir se marginaliser comme cela, c'est suicidaire", a-t-il lancé sans amertume. D'autant que, "dans l'histoire, les communistes ont toujours été un accélérateur d'union", analyse Jean-Luc Mélenchon en présence de Jean-Charles Kohlhaas, tête de liste du Rassemblement.

Ce choix des communistes de faire cavalier seul, le candidat du Front de gauche à la présidentielle de 2012 pense en connaître la raison. Il y voit "une réticence mal placée" tenant au fait que pour cette élection régionale "le résultat n'appartiendra au parti dont est issue la tête de liste". Mais celui qui appelle les communistes à "entendre la voix de la raison" rassure et l'assure : "Personne ne prend la place de personne." Et d'ajouter : "On fait des additions, pas des soustractions."

 

“Il faut que nous donnions un espoir”

Dans un "pays qui va mal", selon lui, Jean-Luc Mélenchon veut donner de l'espoir. Taclant au passage le découpage des nouvelles régions, il voit en ce Rassemblement l'occasion de proposer aux Français "un bulletin qui ne donne pas le sentiment de se salir les doigts".

Persuadé de la nécessité d'un programme écologiste dans son ensemble et pas seulement "d'une page ou d'un chapitre écologiste, comme disent certains", Jean-Luc Mélenchon se félicite de l'expérience grenobloise. Satisfait de la réussite de la première municipalité écologiste de France, il espère voir cet élan se propager en Rhône-Alpes. "Nous allons voir si l'idée qui est née à Grenoble va rayonner", lance-t-il.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut