Nachury abandonne, Guilland va devenir le patron de la droite à Lyon

À quelques heures de l'élection du remplaçant de Michel Havard à la tête du groupe Les Républicains au conseil municipal de Lyon, Dominique Nachury, députée du 6e, a décidé de se retirer. Elle laisse donc Stéphane Guilland seul candidat.

Ce lundi en début de soirée, la succession de Michel Havard s'est réglée aussi vite qu'elle s'était ouverte. Dominique Nachury a décidé de se retirer. Stéphane Guilland, seul candidat encore en lice, devrait donc devenir mardi matin le président du groupe Les Républicains au conseil municipal de Lyon. Dans les dernières heures de cette campagne interne, Stéphane Guilland semblait en mesure de devancer la députée du 6e arrondissement.

Sa rivale a préféré jeter l'éponge."La démission précipitée de Michel Havard de la présidence de notre groupe à la Ville de Lyon m’avait amenée à présenter ma candidature pour le remplacer et rassembler les élus. À la suite de la candidature de Stéphane Guilland, des membres du groupe "Les Républicains et Apparentés - Ensemble Pour Lyon" m’ont fait part de leur crainte d’une division à l’occasion et à l’issue du vote pour la Présidence qui devait avoir lieu demain matin.Attachée à l’unité de notre groupe et souhaitant le prouver, j’ai décidé de retirer ma candidature", explique Dominique Nachury dans un communiqué publié sur son compte Facebook. "Elle est candidate aux législatives. Si elle se fait battre dans une élection interne à six mois du scrutin, ça ferait mauvais genre", prévenait un proche du conseiller municipal du 8e. C'est devant cette perspective qu'a reculé Dominique Nachury ouvrant la voie de la présidence du groupe à Stéphane Guilland. Il a désormais quatre ans pour incarner l'opposition à Gérard Collomb.

à lire également
François-Noël Buffet © Antoine Merlet
Candidat Les Républicains aux élections métropolitaines de Lyon, François-Noël Buffet se voit régulièrement reproché d’être ambigu sur la question de l’Anneau des sciences. Dans une interview donnée à Lyon Capitale, la tête de liste de la droite pose les choses à plat pour cette autoroute censée boucler le périphérique à l’ouest. Celui qui s’est toujours opposé à un tracé court évoque le risque de voir une situation proche de Notre-Dame-des-Landes arriver à Lyon, mais aussi celui d’un projet qui augmenterait la saturation à l’Est. 
Faire défiler vers le haut