Les députés LREM du Rhône, en juin 2017 © Tim Douet
Les députés LREM du Rhône, en juin 2017 © Tim Douet

Les députés LREM du Rhône font leur rentrée politique

Les douze députés du Rhône de La République en Marche ont annoncé qu’ils tiendraient une réunion par mois dans le Rhône, pour mener des “actions de défense de meilleures pratiques sur [leurs] circonscriptions”.

La joie de la victoire passée tout comme les premiers pas, parfois hésitants, à l'Assemblée, les douze députés du Rhône de LREM organisent leur rentrée politique. Plutôt que d'accepter l'étiquette d'amateurs qui leur est parfois réservée, ils montrent leur volonté d'avancer en bloc et d'éviter l'ordre dispersé. "Nous avons commencé par une première réunion dans le centre et nous allons tourner pour échanger entre nous et avec nos collaborateurs autour des initiatives en circonscription qui sont révélatrices de ce qu'on appelle “une autre politique”. Nous échangerons aussi sur les changements immédiats, comme la fin de la réserve parlementaire et le rétablissement de la confiance dans la vie publique, mais aussi les changements à venir, comme les propositions annoncées de redécoupage des circonscriptions", annonce Bruno Bonnell, le député de la circonscription de Villeurbanne. L'idée est de travailler sur une échelle qui ne soit pas "juste de la circonscription", chacun dans son coin.

Échanger les pratiques et communiquer d’une seule voix

Élu dans la circonscription urbaine de Villeurbanne, Bruno Bonnell, en entrepreneur, vante les vertus de l'échange de compétences : "Moi, je suis dans une circonscription qui n'est absolument pas rurale, mais ça m'intéresse de discuter des effets de la politique menée dans la ruralité avec mes collègues qui sont sur des territoires ruraux. Il faut qu'on s’imprègne les uns les autres de territoires différents des circonscriptions actuelles afin de comprendre les problématiques des confrères limitrophes, que l'on puisse discuter de façon libre. La pratique essentielle, c'est d'échanger les meilleures pratiques politiques sur notre territoire." Les occasions sont aussi belles pour organiser une communication millimétrée puisque, plusieurs fois dans l'année, des points presse seront organisés à la suite de ces réunions. Pour la première, ce lundi soir, les députés se sont notamment inspirés de l'ancien de la bande, Yves Blein, déjà député sous la précédente législature. "La question était : quels sont les moyens numériques à mettre en place en circonscription et peut-on les mutualiser ?" explique Bruno Bonnell. Yves Blein ayant déjà mis en place une newsletter pour informer de ses actions dans l’hémicycle et disposant d'un outil de suivi des demandes faites par les citoyens, il a été question des modes de communication possibles avec les électeurs. "On essaye de montrer qu'on peut faire de la politique de façon plus collective et collaborative, qu'on peut fournir plus de réponses, et des réponses qui soient plus précises pour nos électeurs", conclut l'élu. D'ici à quelques semaines, un nouveau référent de LREM dans le Rhône (fonction actuellement remplie par Bruno Bonnell) devrait être nommé par la direction nationale du parti.

à lire également
Laboratoire © Tim Douet
Le tarissement des financements publics pousse les chercheurs à trouver des fonds privés, avec le risque de favoriser les conflits d’intérêts. Mais le lobbying concerne aussi les questions sociétales, à propos desquelles les députés sont soumis aux assauts de groupes de pression, des vegans aux religieux (avec un régime de faveur pour les derniers).
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut