Laurent Wauquiez vainqueur 2
© Elise Julliard

Laurent Wauquiez veut rester président du parti Les Républicains

Dans un entretien au Journal Du Dimanche, Laurent Wauquiez, président par intérim des Républicains, lance un appel du pied destiné au futur vainqueur de la primaire de la droite et du centre.

La présidence semble le ravir. Président par intérim du parti Les Républicains, en remplacement de Nicolas Sarkozy à l'approche de la primaire, Laurent Wauquiez voudrait prolonger son contrat. Dans un entretien au JDD, il admet : "J'aime ce que je fais. Un parti c'est très beau". Un appel du pied pour le futur gagnant de l'élection, que l'on connaîtra ce soir. Les statuts permettent en effet au vainqueur de choisir l'organisation du parti, et donc son président.

"Ma force, c'est ma liberté"

Si le président du conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes a fait campagne pour Nicolas Sarkozy, il a tout de suite rallié François Fillon après la 3e place de l'ancien chef d'État, à l'image de ce dernier. "Je voterai François Fillon parce que c'est celui qui représentera le mieux les valeurs de la droite." Un choix confirmé par sa présence et son discours lors du meeting de l'ancien Premier ministre mardi dernier à Eurexpo. Devant un auditoire acquis à sa cause, il assume "ne pas vouloir de poste au futur gouvernement". Des propos réitérés ce dimanche : "Ma force, c’est ma liberté. Je ne cherche pas de poste gouvernemental en 2017. Je ne suis pas là pour faire des petites négociations d’arrière-boutique". Une volonté pour officiellement "continuer de s'occuper de [sa] région", mais aussi de pour espérer garder sa place de président du parti.

Quant à Alain Juppé, Laurent Wauquiez lui reprochait "d'oser reprendre des arguments de la gauche" et de ne pas être de la "vraie droite". Il apparaît un peu plus nuancé aujourd'hui, reconnaissant avoir "du respect" pour le maire de Bordeaux qui "ne s'est pas dérobé". Une façon d'assurer ses arrières en cas de victoire surprise d'Alain Juppé.

à lire également
bouchon trafic urbain
Plusieurs députés du Rhône ont déposé un amendement pour rendre possible la mise en place de péages de transit dans les villes de plus de 100 000 habitants. Un projet contesté par les élus Les Républicains du Grand Lyon qui y voient “une condamnation morale et une taxation des automobilistes”.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut