Visite du Collège Truffaut par Gérard Collomb et David Kimelfeld © M. Delacroix
Article payant

La tentative avortée de putsch contre Gérard Collomb

Un appel anonyme pour contrer le retour de Gérard Collomb a circulé, par mail, parmi les notables lyonnais. Parti de personnalités bien ancrées à gauche comme Jean-Michel Daclin, il a fini, par effet boule de neige, à arriver jusqu’aux oreilles de Gérard Collomb et de ses proches. Lesquels parlent de trahison et imaginent que David Kimelfeld se cache derrière cette manœuvre.

Le mail circulait depuis quelques jours dans les milieux économiques et entre des acteurs de la société civile bien ancrés à gauche. C’est une lettre ouverte à Gérard Collomb l’appelant à ne pas solliciter un nouveau mandat en 2020. Cette pétition a commencé à circuler au lendemain de l’officialisation par Gérard Collomb de sa démission programmée du ministère de l’Intérieur. La missive n’est pas signée mais encourage ses destinataires à la parapher. Les jours passant, la liste des destinataires s’est élargie, le message atteignant jusqu’à certains proches de Gérard Collomb, qui ont vu rouge ce mardi. Le texte est en effet sans concession : “Aujourd’hui, nous sommes persuadés que votre devoir supérieur est dans la transmission, la plus noble des missions de l’homme. Vous vous êtes entouré de femmes et d’hommes de talent. L’heure est venue. Permettez-leur de s’affirmer. C’est le plus bel hommage qu’ils pourront vous rendre. Et c’est, sans doute, la meilleure manière pour vous de démontrer votre amour de notre ville et de notre métropole.” L’élu du 7e Romain Blachier s’est fendu d’un texte sur son blog pour dénoncer cette lettre ouverte et accuser sans ménagement Jean-Michel Daclin d’en être à l’origine.

Il vous reste 66 % de l'article à lire.
Article réservé à nos abonnés.

Connectez vous si vous êtes abonnés
OU
Abonnez-vous

à lire également
Le prédicateur Nader Abou Anas est attendu ce dimanche à Vénissieux, limite Lyon 8e, pour une conférence publique. Si ses positions radicales sur les femmes sont difficilement acceptables, "l'ordre public n'est pas (pour autant) troublé".

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure


derniers commentaires
Faire défiler vers le haut