La place Bellecour plongée en pleine nature

Durant tout le week-end, la place Bellecour sera dominée par le vert. Lyon accueille en effet le projet de Gad Weil et Laurence Médioni : un événement éphémère pour lequel la place emblématique lyonnaise est recouverte d'arbres, de végétaux, de fleurs...

A partir de ce vendredi 17 juin et jusqu'à dimanche, la place Bellecour est transfigurée. Exit la longue traversée vide de la plus grande place piétonne d'Europe. Le lieu est devenu une gigantesque fresque verte. Durant trois jours, Lyon accueille le projet Lyon Nature Capitale, crée par Gad Weil, metteur en scène d'arts de rue et adapté au territoire lyonnais par Laurence Médiani, plasticienne et paysagiste. Le concept n'est en effet pas nouveau. En 2010, ce sont les Champs-Elysée, à Paris qui avaient accueilli la première édition de l'événement. Et après Lyon, Gad Weil fera voyager son projet aux quatre coins du monde : Berlin, New York, Sao Paulo... "On leur a demandé de s''inscrire dans la ville de Lyon. Ils se sont inspirés de l'histoire de cette place", explique Najat Vallaud-Belkacem, adjointe au maire de Lyon aux grands événements. "On a effectué un travail sur la couleur et la perspective, dans le respect d'une tradition qui, à Lyon remonte à la Renaissance", rappelle Laurence Médioni.

Éveiller les consciences

Les arbres et végétaux dispersés sur les 16.500m2 de la place Bellecour sont arrivés dans la semaine. Les plantes potagères proviennent de la région. Mais l'autre partie des végétaux vient de Seine-et-Marne. Ils ont été acheminés par trois péniches mais aussi par camion. Drôle de paradoxe pour une installation qui vise "un éveil des consciences citoyennes", selon les mots de Najat Vallaud- Belkacem. Gad Weil se justifie en expliquant qu'ils ont essayé d'en transporter un maximum par voie fluviale mais que pour un certain nombre de végétaux cela n'était pas possible ; notamment ceux dépassant quatre mètres de hauteur et ceux dont les supports ne pouvaient être stabilisés dans les embarcations. En 2010, l'ADEME avait estimé que Nature Capitale Paris avait consommé 4334 tonnes de carbone, soit à peine trois fois moins qu'un match de la Coupe du Monde de Football de 2010.

Un événement durable

Gad Weil l'assure, cette création végétale "n'a pas de propos autre que de nous interroger collectivement sur le rapport de l'homme et de la nature, sur la place de la nature dans la ville." A la fin de la manifestation, les végétaux seront en quelque sorte recyclés. Une partie repartira en Seine-et-Marne pour être réutilisé lors de nouveaux événements. L'autre sera destinée aux services de la ville pour être installée dans les parcs, jardins et places lyonnaises. Enfin, les lyonnais pourront venir place Bellecour mercredi 22 juin pour récupérer l'un des 113 pieds de vigne qui seront distribués. Les légumes finiront quant-à eux dans un jardin partagé de la Confluence. Lyon Nature Capitale est soutenu financièrement par une multitude d'acteurs privés qui prennent en charge la majeur partie des 2,2 millions d'euros que coûte l'événement. Le Grand Lyon et la ville de Lyon n'ont eu à débourser que 250.000 euros, assure Gilles Buna, adjoint au Maire de Lyon en charge de l'aménagement.

à lire également
À 9h30 ce dimanche, les rues de Lyon sont encore vides. La pluie vient terminer de laver les pavés qui ne gardent pas de séquelle des affrontements entre gilets jaunes et forces de l’ordre hier en fin de journée. Seuls les ballons géants ont été endommagés. 
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut