Source : Dominique Perault Architecte / ADAGP / Archi Graphi

La métropole de Lyon adopte un vœu pour l'arrêt de l'usage des pesticides

Ce vœu pour un arrêt de l'usage des pesticides a été adopté par l'assemblée métropolitaine. Seul le groupe Les Républicains a voté contre.

La métropole a adopté ce lundi soir un vœu proposé par le groupe EELV pour un arrêt de l'usage des pesticides sur le territoire de la métropole de Lyon. Une décision validée par la très grande majorité des groupes politiques à l'exception du groupe LR.

Alors que la Métropole de Lyon n’utilise plus de produits phytosanitaires pour l’entretien de l’espace public depuis le 1er janvier 2017, ce texte prévoit que : “Le conseil de la Métropole de Lyon, sur la base du principe de précaution, émet le vœu que les communes rassemblées sur son territoire :

  • S’inscrivent dans une démarche volontariste de suppression de l’usage de tous produits pesticides sur l’ensemble du territoire de leur commune jusqu’à plus amples informations sur la dangerosité des produits phytosanitaires, en travaillant notamment avec les bailleurs sociaux, les fédérations sportives (stades), la SNCF…
  • Alertent l’Etat sur les lacunes de la législation actuelle au regard des enjeux de protection des populations et de la biodiversité
  • Et se donnent pour objectif d’accompagner les agriculteurs présents sur le territoire de la Métropole vers une agriculture 100 % bio.”

Le groupe LR a voté contre ce vœu estimant que ce type de décision était “illégal”. “Le tribunal administratif de Rennes a récemment déclaré illégal un arrêté anti-pesticide pris par le maire de Langouët”, a explique Philippe Cochet. Le maire de Caluire-et-Cuire a estimé que ce texte “n'est pas ce que l'on peut attendre d'un travail collaboratif, car il ne propose aucun élément prescriptif et se contente de renvoyer la responsabilité vers les communes. Or, ce n'est pas aux communes de décider de la dangerosité d'un produit”.

L'élu LR a par ailleurs regretté que ce vœu soit “dirigé contre l’agriculture traditionnelle en disant que les crédits à venir seront orientés vers le 100 % bio”. “Cela contribue à l'agribashing”, a-t-il ajouté avant de conclure en taclant les élus LREM : “Aucun d'eux ne peut voter ce vœu, car ce serait s'opposer aux choix gouvernementaux”.

à lire également
Georges Képénékian, au meeting d’entrée en campagne de David Kimelfeld, le 16 octobre 2019 à Lyon © Antoine Merlet
Alors que leur parti soutient officiellement Gérard Collomb, Anne Brugnera, Hubert Julien-Laferrière, Thomas Rudigoz et Jean-Louis Touraine, les quatre députés LREM de Lyon ont officiellement annoncé leur soutien à Georges Képénékian, proche de David Kimelfeld, pour les élections municipales de 2020.
5 commentaires
  1. Georges Marchais - 5 novembre 2019

    Le journaliste peut il nous expliquer ce que cela veut dire, car cela fait bien longtemps que la loi interdit aux communes d'utiliser des pesticides.

    1. Brimon - 5 novembre 2019

      La loi interdit aux communes (et c'est globalement respecté) d'utiliser des pesticides. Ici on parle de l'usage des pesticides sur le territoire de la métropole de Lyon. C'est à dire que ça ne concerne plus que les services municipaux mais tous les usages (par les particuliers, les agriculteurs...) sur le territoire.

      1. Georges Marchais - 5 novembre 2019

        Merci pour votre réponse.

        Mais la loi interdit déjà aux particuliers d'utiliser des pesticides depuis janvier 2019.

        Quant aux agriculteurs, la métropole ne peut absolument pas leur interdire d'utiliser des pesticides. Le gouvernement n'arrive même pas à imposer une distance de 150m par rapport aux habitations. Alors ce n'est surement pas la métropole qui va faire la loi.
        Il suffit que les agriculteurs contactent la FNSEA et la ville de Lyon se retrouve paralysée sous des centaines de milliers de tonnes déversés par des agriculteurs en colère.

  2. Georges Marchais - 5 novembre 2019

    La métropole de Lyon admet donc qu'elle continuait d'utiliser des pesticides malgré la loi qui l'interdit depuis le 1er janvier 2017 ?

    Y a-t-il un journaliste dans l'avion ?

  3. Georges Marchais - 5 novembre 2019

    Bizarrement la métropole n'adopte aucune mesure pour protéger ceux qui habitent près du périphérique et sont exposés 24h/24 aux gaz d'échappement.

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut