Ils roulent pour Bové

Le revirement de José Bové et son choix de se présenter fait des heureux à Lyon. Alors que sa candidature s'organise, il peut déjà compter sur le soutien d'A gauche autrement (AGA), collectif qui regroupe principalement des militants d'extrême-gauche. AGA avait présenté des listes aux municipales de Lyon en 2001, obtenant 4 à 8 % au premier tour, selon les arrondissements. Ses trois porte-parole, Marylène Cahouet, Rosario Elia et Bruno Guichard n'ont pas apprécié la tentative de récupération par le PC des collectifs antilibéraux. Ils déclarent, "non sans colère", "leur refus de casser l'espérance" et leur volonté de poursuivre "la lutte et le développement de la dynamique unitaire antilibérale". Dans la même ligne, le très altermondialiste maire de Grigny, René Balme, rappelle qu'il "mène le combat de longue date avec José Bové". Il inscrit d'ailleurs sa propre candidature aux législatives (11e circonscription), dans le sillage de celle de José Bové à la présidentielle. Bové pourrait enfin être soutenu par les élus du GAEC (gauche alternative écologiste et citoyenne), qui participent aux exécutifs de Collomb. D'eux d'entre eux ont déjà franchi le pas : Guy Front et Thérèse Rabatel. Vice-présidente du Grand Lyon, chargée de "l'espace des temps", cette dernière confie : "Le vote utile, c'est celui de ses convictions, au premier tour. Sinon, il n'y a plus de démocratie. Bové, c'est une candidature qui porte mes valeurs, qui dit : un autre monde est possible. En même temps, Bové reste dans le possible. Il a été syndicaliste, il sait ce qu'il faut faire, et pas seulement proclamer."

Si les ralliements se poursuivent à ce rythme, José Bové pourrait avoir plus de partisans à Lyon que ses quatre concurrents de la gauche antilibérale (Buffet, Besancenot, Laguiller, Schivardi). Chez les Verts, par contre, sa candidature arrive "un peu tard", selon le nouveau secrétaire des Verts du Rhône, Bruno Charles : "Bové, même pas peur ! Il y a 6 mois, l'hypothèse Bové pouvait faire mal. Mais il s'est enfermé dans la gauche du non, ce qui exclut une bonne partie des Verts." Si la mayonnaise Bové prend, beaucoup de Verts pourraient être cependant tentés de le rejoindre. Certains, comme Gérard Leras, président du groupe Vert à la Région, restent en effet ambigus : "J'ai apporté ma signature à Voynet, mais je souhaite qu'il y ait une candidature unique de l'écologie politique". Reste à savoir qui.

Un programme pour deux

Curiosité de la campagne : José Bové et Marie-Georges Buffet (PC) ont exactement le même programme, à savoir les 125 propositions élaborées par les collectifs antilibéraux.

à lire également
Quelques instants après la réélection de Gérard Collomb, Nathalie Perrin-Gilbert (GRAM) donnait au nouveau maire de Lyon un discours haut en couleurs. Une semaine après, elle fait le buzz sur les réseaux sociaux.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut