Grands travaux : Gérard Collomb peine à masquer le creux du mi-mandat

Comme tous les ans, le maire de Lyon, Gérard Collomb, a invité la presse à effectuer un tour des grands chantiers en cours sur l'agglomération. Entre vieux serpents de mer et demi-projets, le "Collomb Tour" n'a pas fait forte impression.

Déambuler sur des chantiers entouré d'une cohorte de journalistes est visiblement toujours un plaisir pour Gérard Collomb. Arrivé tout sourire, il emmène son petit monde visiter les projets phares de cette année : la refonte du quartier de la Norenchal à Fontaines-sur-Saône, la restructuration du Plateau de la Duchère dans le 9e arrondissement, et la requalification de deux lieux emblématiques de Lyon, la place des Jacobins et la place Bellecour. C'est tout ? C'est tout. Il faut dire que Gérard Collomb est à mi-mandat, une période de creux durant laquelle lancer des chantiers de grande ampleur peut s'avérer risqué au regard des échéances électorales. De nombreux projets sont déjà sortis de terre, et d'autres, comme l'ambitieux projet des rives de Saône, doivent débuter l'année prochaine.

Rien de nouveau sous le soleil

Premier arrêt : Fontaines-sur-Saône. Le maire de la ville, Patrick Bouju (divers droite), nous explique le projet : les trois "barres" de logement du quartier ont été détruites (la démolition totale devrait s'achever dans les prochains jours), et de nouveaux logements flambants neufs sont sortis de terre. Au programme : 281 logements, mettant en avant la mixité sociale. "De 100% de logements sociaux dans ce quartier, nous passerons à 57%", explique Patrick Bouju. Mais ce projet vient simplement s'inscrire, comme beaucoup d'autres en France, dans la lignée du Plan Borloo, qui a généré depuis 2004 une “mode” du démolition/reconstruction.

(Ci-dessus, la place centrale du quartier de la Duchère)

Deuxième étape : le Plateau de La Duchère. Annoncées en grande pompe, la rénovation de la place Abbé Pierre et la construction de la Halle d'athlétisme sont des projets que Gérard Collomb aime mettre en avant. Souvent. Il s'y est rendu le 30 septembre 2010, puis y est retourné le 10 février dernier, et encore ce mercredi 31 août. Certes, le projet est impressionnant.

La place sera beaucoup plus ouverte, aérée, avec des gradins et des bassins ; elle deviendra le coeur du quartier, avec la présence d'une bibliothèque, du centre commercial et du lycée La Martinière. Un travail sera réalisé sur les façades des bâtiments, avec une grande diversité de matériaux (acier, bois...) et de formes. La halle (120m de long pour 70m de large) se veut un pôle d'attraction de l'agglomération, comme un symbole du renouveau du quartier, à la pointe du développement durable. Mais l'on vient simplement constater l'avancée des travaux d'un grand projet de ville (GPV) censé redonner un nouveau souffle au quartier, à l'instar de celui qui a été mis en place à Vaux-en-Velin.

(ci-dessus, la Halle d'Athlétisme en construction)

Symboles en péril

Après ça, on se dit que le maire nous a forcément gardé le meilleur pour la fin. Cap sur la Presqu'île, pour la rénovation des places des Jacobins et Bellecour. Politiquement parlant, la manoeuvre est sûre : ces lieux, symboliques de la ville, se sont grandement dégradés au fil du temps, et leur requalification est réclamée depuis longtemps par les Lyonnais. Voilà donc notre voeu exaucé. Enfin, presque. L'annonce d'un projet pour la place Bellecour avait mis la sphère locale en ébullition : le Grand-Lyon allait-il enfin faire quelque chose de cet immense espace vide, terne ? Oui, mais seulement en partie. En effet, seule la partie sud de la place fait l'objet de travaux : les deux bassins ont été déplacés, une aire de jeux pour enfants a été construite, et six kiosques flambants neufs vont s'aligner. Le tout pour constituer une sorte d'allée bordée d'arbres. En revanche, rien concernant les aires d'asphalte vides ou les trous qui se muent en petites mares boueuses à la moindre averse.

Le seul projet réellement original reste au final le chantier de la place des Jacobins. Une "mise en majesté" de la fontaine, selon la paysagiste Jacqueline Osty, en charge du projet. Exit l'asphalte, un espace piéton sera créé autour du monument, qui se verra lui entièrement rénové, dépoussiéré, pour "resplendir" au cœur de la place. Un chantier prometteur qui repense entièrement, pour une fois, un lieu symbolique qui se dégrade.

Mais pour autant, l'impression de verre à moitié vide persiste. Quid, par exemple, de la place des Terreaux, qui semble avoir perdu tout son lustre ? Les soixante-neuf fontaines incrustées ne fonctionnent plus, le parterre s'affaisse, et la fontaine de Bartholdi est tellement en mauvais état qu'elle menace de s'écrouler. Bien entendu, une requalification de cette place aurait un coût très important, et demanderait une organisation conséquente. Gérard Collomb a précisé qu'elle ferait partie des projets de son prochain mandat, tout comme une partie du projet des rives de Saône ou la transformation de la rue Victor Hugo. Des projets ambitieux, mais soumis à une condition de taille : sa réélection ! De telles déclarations montrent que le maire a toujours autant confiance en son avenir à la tête de la ville.

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut