passerelle

Garibaldi/Tassin/Décines : les chantiers verts à venir

Gérard Collomb présentait ce lundi au Grand Lyon trois chantiers à venir. Leur point commun : favoriser les déplacements alternatifs.

Du vert, des vélos, des rollers, même des chevaux. Le Grand Lyon présentait hier trois dossiers d'urbanisme dont le trait commun est de faciliter les déplacements piétons et à deux roues.

rue Garibaldi ()

Réduction de voies sur la rue Garibaldi

Avec 30 000 véhicules/jour et jusqu'a à sept voies, la rue Garibaldi a tout d'une autoroute. Axe structurant de Lyon (3 km), reliant la Tête d'Or à la caserne Sergent Blandant via la Part-Dieu, elle va passer en trois voies de circulation (en sens unique, comme aujourd'hui) avec une contre-allée incluant les transports en commun. Symboles de vitesse et de voitures folles, les trémies sont appelées à disparaître. C'est en tous cas le sort réservé à celle située dans le 6e, au nord du cours Lafayette.

Tout le long de la rue Garibaldi new-look, des espaces piétons seront agrandis de part et d'autre de la chaussée et une piste cyclable qui fait aujourd'hui cruellement défaut sera créée. Cette opération sera l'occasion de requalifier les parvis de l'auditorim, des halles Bocuse, la place Stalingrad, la place des martyrs de la résistance et l'accès à Sergent Blandan où sera lové un nouveau parc.
Ce réaménagement s'opérera en trois phases : le tronçon Vauban/lafayette d'ici à 2013, Bouchut/Arménie lors du prochain mandat municipal (2014/2020), Arménie/Berthelot repoussé à plus tard. La concertation s'engage à partir du 1er juin : le public est invité à laisser des observations au Grand Lyon ou dans les mairies du 3e, 6e et 7e.

Ce lundi, le débat à la communauté urbaine a porté sur le nombre de voies réservées aux automobiles. "C'est un équilibre raisonnable", a commenté Gérard Collomb. Les écologistes auraient cependant préféré passer directement à deux voies. "Il faudrait alors reporter 50 % du trafic sur d'autres voies. Le quartier serait asphyxié", confie Pierre Abadie, vice-président aux voiries. Les élus de droite ont déploré le tronçonnage des opérations, retardant l'inauguration de la nouvelle rue. Christophe Geourjon (MoDem de droite) a proposé que les trémies soient remplacées par des parkings souterrains.

Nouvelle entrée de ville à Tassin

Rencontre entre cinq axes, le carrefour de la Libération est souvent embouteillé et la place aux piétons et cycles parait clairement insuffisante. La communauté urbaine lance des travaux afin de privilégier les trafics internes à la ville au détriment des flux de transit. Différentes opérations sur la chaussée se succéderont jusqu'à cet été avant la réalisation de trottoirs et d'espaces verts d'ici à la fin 2010.

Parmi les réalisations, la création d'une 2e voie sur l'avenue Foch, l'alignement des voies Mermet et Brosset, l'allongement des voies de tourne-à-gauche sur l'avenue Charles de Gaulle (section sud), la création de pistes cyclables sur l'avenir général Brosset, la création d'un couloir d'approche pour les transports en commun sur l'avenue Charles de Gaulle (section nord). Cette opération sera l'opportunité de donner un coup de lifting sur cette entrée de ville, avec des alignements d'arbres et des espaces publics verdoyants.

passerelle ()

Une passerelle piétonne et cyclable à Décines

Une nouvelle passerelle va enjamber le Rhône à Décines pour une liaison entre le centre de la commune, le canal de Jonage et le parc de Miribel. Elle sera située en amont du pont actuel, lequel laisse une place trop restreinte aux piétons et aux vélos. Sur cet ouvrage long de 140 mètres pourront déambuler piétons, vélos, rollers et même des chevaux.
La concertation, bouclée le 30 mars, n'a pas remis en question le projet. Si certains suggéraient un accès aux voitures, la proposition a d'emblée été retoquée puisque la passerelle est dédiée aux modes doux. D'ailleurs, des bornes à l'entrée de l'ouvrage, empêcheront l'accès aux véhicules. Les travaux vont commencer cet automne, pour une livraison au printemps 2012. Sous la passerelle, un toilettage va être donné à la berge, conformément à la valorisation de l'Anneau Bleu.

"Les paysages seront aussi beaux que dans les Monts-du-Lyonnais. Il y aura des aires de pique-nique et des observatoires pour la faune et la flore", décrit Roland Bernard, vice-président au Grand Lyon en charge des fleuves, qui veut promouvoir "un tourisme de proximité". "Nous menons une politique de passerelles", fait remarquer Gilles Vesco, vice-président au Grand Lyon en charge des nouvelles mobilités. En effet, la passerelle Masaryk (Lyon 9e) va être réservée aux modes doux quand le pont Schuman sera construit. Et une autre reliera Gerland à la Confluence, à côté du Pont Pasteur.

à lire également
Eau de Lyon – Champ captant de Crépieux-Charmy © Tim Douet
“Corruption”, “trafic d’influence”, “contrats léonins”... Lorsque l’on évoque le marché de l’eau, les qualificatifs ont la vie dure. Pourtant, depuis dix ans, la situation a évolué. À Lyon, la bataille de l’eau aura bien lieu en 2019 et les acteurs sont déjà positionnés sur un terrain largement transformé.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut