Chabert à Villeurbanne : une droite mosaïque

Les couleurs d'une droite unie dans toutes ses composantes : le parti radical valoisien avec Evelyne Cruz, le Mouvement Pour la France, avec Jérôme Pupat, la majorité présidentielle, avec Henry Chabert lui-même. Et l'écologie de droite avec l'évanescente " France Bleue ", représentée par Alain Garcia. " Cela n'a pas toujours été le cas " souligne Baptiste Dumas. Lui représente l'association Energies Villeurbanne, issue de la société civile et fournira 30 % des candidats. En prime une prise de guerre : Gisèle Matta, plutôt classée à gauche et qui figurait sur la liste Bret en 2001. Enfin Chabert renouvelle son appel appuyé au Modem qu'il pense parvenir à convaincre avant le premier tour.

Quoi qu'il en dise, La liste " Villeurbanne à tout coeur " mise fortement sur les communautés. Il affiche la candidature de Driss Aghazzaf, le N2 du conseil régional du culte musulman, chargé des relations avec le judaïsme. Annonce la présence de Simon Maman, ex président du consistoire israélite de Villeurbanne. Quant à Evelyne Cruz, elle revendique ses racines hispaniques. Il y en a pour tout le monde. Respecter les communautés sans communautarisme, jure Chabert. On est toutefois surpris de la cohabitation entre Driss Aghazzaf et le MPF après la campagne de De Villliers contre "l'islamisation de la France ", malgré les dénégations de Jérôme Pupat affirmant que son parti n'est pas islamophobe.

Sur le fond le challenger de Bret tire à boulet bleus sur le politique du maire socialiste. Ils fustige le manque d'ambition pour la vingt-cinquième ville de France, parle d'habitat dégradé notamment dans le quartier des Buers, de manque de participation citoyenne. Il dénonce une équipe usée par 30 ans de gestion de gauche, fustige la mainmise socialiste sur la ville, va jusqu'à affirmer que c'est la carte du PS qui ouvre droit à des HLM. Il marque une volonté de renouveau et de réussite pour la ville dans les domaines du logement , des transports, de l'urbanisme, du développement durable, du social (une approche non-misérabiliste). Il cite comme exemple une politique à conduire en direction des 25 000 étudiants de La Doua. Les points essentiels de son projet devraient être dévoilés lors d'une conférence de presse le 22.

à lire également
Equipage de la Police nationale à Lyon © Tim Douet
Face aux problèmes créés par le trafic de cannabis, la municipalité villeurbannaise sortante avait lancé une grande concertation sur la dépénalisation. Un choix jugé aujourd’hui risqué électoralement. Les remontées des habitants sur la tranquillité publique ne sont pas élogieuses.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure


derniers commentaires
Faire défiler vers le haut