Canicule Auvergne-Rhône-Alpes : faut-il fermer les réacteurs nucléaires ?

C'est la question que posent les élus RCES du conseil régional d'Auvergne-Rhône-Alpes alors que deux réacteurs de la centrale nucléaire du Golfech dans le Tarn-et-Garonne vont fermer cet été à cause de la canicule.

Alors que plusieurs départements de la région Auvergne-Rhône-Alpes sont en alertes sécheresse et canicule, les élus RCES du conseil régional souhaitent privilégier l'approvisionnement en eau des cultures et des habitants de la région “plutôt que pour les centrales nucléaires”. “L’irrigation des cultures est limitée, le lavage des voitures et des bâtiments interdit, le prélèvement pour les plans d’eau de loisirs est impossible… Ces mesures de restrictions en urgence sont compréhensibles (…), mais alors, dans ce contexte, pourquoi s’entêter dans le choix du nucléaire ?”, se questionne-t-il

Ils font notamment référence à l'annonce ce mardi de la fermeture de deux réacteurs de la centrale du Golfech dans le Tarn-et-Garonne en raison de la canicule. “Demain, les 14 réacteurs nucléaires peuvent être concernés”, estiment les élus écologistes.

Avec le dérèglement climatique, le débit moyen des cours d'eau devrait diminuer, de 10 à 40 % à l'horizon 2050-2070. Cela va forcément entraîner des conflits d’usage. Les centrales prélèvent des quantités astronomiques d’eau pour leur refroidissement. Quand les agriculteurs se privent, les centrales nucléaires prélèvent de l’eau et la rejettent plus chaude et chargée de substances chimiques dans les fleuves et rivières. On ne peut pas continuer à faire croire que le nucléaire est sûr. Le bouleversement climatique rend le nucléaire encore plus dangereux. Il est temps d’en sortir”, a déclaré Florence Cerbaï, élue régionale du Rassemblement citoyen écologiste et solidaire et riveraine de la centrale de Tricastin dans la Drôme.

à lire également
Equipage de la Police nationale à Lyon © Tim Douet
Face aux problèmes créés par le trafic de cannabis, la municipalité villeurbannaise sortante avait lancé une grande concertation sur la dépénalisation. Un choix jugé aujourd’hui risqué électoralement. Les remontées des habitants sur la tranquillité publique ne sont pas élogieuses.
7 commentaires
  1. testing5555 - 24 juillet 2019

    Quelles substances chimiques sont rejetées ? Vive l'intox

    En quoi se passer d'une source d'énergie faible en CO2 va améliorer le climat ? S'en passer ne fera qu'aggraver le réchauffement climatique (il suffit de voir les Allemands pour se rendre compte que les énergies renouvelables entraînent une électricité bien plus carbonée du fait de leur intermittence...)

    Stop à ce bashing des écolos basé sur du vide (ou alors pour favoriser les marchands de peur vendeurs d'éoliennes et de panneaux solaires)

    1. Abolition_de_la_monnaie - 24 juillet 2019

      L'uranium nécessaire aux centrales françaises vient d'où ?
      De très loin, par bateaux, qui fonctionnent au fioul lourd et polluant.
      .
      Le raffinage ?
      extrait :
      La teneur en uranium du minerai étant généralement faible, on commence par le concentrer sur le lieu d’extraction afin de ne pas alourdir les coûts du transport. Pour cela, les roches sont broyées, concassées en poudre fine, puis dissoutes dans une solution d’acide sulfurique chaud.
      .
      La solution liquide est ensuite précipitée, filtrée, lavée et séchée. On obtient alors une pâte jaune contenant environ 75% d’oxyde d’uranium (U3O8), appelée « yellow cake ». Mais ce concentré n’est pas utilisable tel quel dans un réacteur nucléaire. Il faut d’abord le débarrasser de ses impuretés (raffinage), puis convertir l’oxyde d’uranium presque pur en hexafluorure d’uranium (UF6) pour faciliter l’étape ultérieure d’enrichissement.
      .
      ça se fait sans pétrole à votre avis ?
      Dire que le nucléaire est une solution pour sauvegarder notre environnement tient de la pure escroquerie intellectuelle.

      1. vieux caladois - 24 juillet 2019

        en effet rappelons-nous des 43 goulags des mines d'uranium soviétiques qui firent des millions de morts avec, nous dit-on, un taux de mortalité de pratiquement 100 % pour les heureux élus

        1. Abolition_de_la_monnaie - 24 juillet 2019

          Oui, la même impasse que la justice monétaire avec les gens qui sont mainte fois condamnées et que vous aimez bien relevé dans vos commentaires.
          Communisme ou capitalisme, tous monétistes, tous ont horreur de la démocratie réelle directe.

      2. testing5555 - 24 juillet 2019

        que dire alors des métaux rares utilisés pour les panneaux solaires ou les batteries des voitures electriques que les ecolos cherchent à imposer...

      3. philippechaumont - 24 juillet 2019

        La différence c'est que de l'Uranium il en faut très peu pour faire beaucoup d'énergie. Tous les écolos ne votent pas pour un arrêt du Nucléaire, seul moyen d'éviter un effondrement catastrophique de notre société. Sans Nucléaire, on ne peut espérer nourrir qu'une faible fraction de la population actuelle. Qu'est-ce que vous faites du reste ?

  2. vieux caladois - 24 juillet 2019

    une idée : on pourrait rouvrir les centrales à charbon sachant que les autres solutions proposées ne sont pas suffisantes pour couvrir les besoins...

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure


derniers commentaires
Faire défiler vers le haut