François-Noël Buffet © Antoine Merlet
François-Noël Buffet © Antoine Merlet

Buffet investi pour les sénatoriales à Lyon, Blanc se lance en dissident

Les Républicains ont investi, ce mercredi, François-Noël Buffet comme chef de file pour les sénatoriales. Étienne Blanc qui lui contestait l’investiture prévoit de se lancer en dissidence ou avec le soutien de la fédération LR du Rhône.

Les municipales à peine soldées, les élections sénatoriales de septembre se préparent déjà. Les Républicains ont investi leur candidat pour le Rhône ce mercredi. Le binôme de parlementaires sortants Buffet-Di Folco a été choisi par les instances nationales de leur parti. Mais chez Les Républicains rien n’est simple. Les lignes de fracture apparues entre les tenants d’un accord avec Gérard Collomb et ceux qui l’ont refusé ont ressurgi. Étienne Blanc, candidat malheureux à l’investiture, a décidé de se lancer malgré tout en pestant contre la routine sénatoriale : “La commission d’investiture choisit toujours les sortants. Le président du Sénat vient avec sa liste où il ne met que les sortants. C’est comme ça depuis toujours”.

Buffet-Vincendet, acte II

Le candidat aux municipales lyonnaises qui s’était retiré au profit du collombiste Yann Cucherat va candidater en dissident. “Je présenterai ma liste. Aux sénatoriales, il y a souvent plusieurs listes. La liste Buffet a obtenu l’investiture nationale des LR. Aujourd’hui (ce jeudi NDLR), je vais demander le soutien de la fédération LR du Rhône”, annonce Étienne Blanc. Il devrait former un binôme avec Laurence Fautra, la maire LR de Décines-Charpieu. Alexandre Vincendet, le président de la fédération LR du Rhône, avait exprimé, presque publiquement, son désaccord quant à l’accord conclu par François-Noël Buffet et Gérard Collomb lors de l’entre-deux tours des métropolitaines. Le sénateur et chef de file de la droite dans l’agglomération s’agaçait d’ailleurs de voir le maire de Rillieux-la-Pape jouer contre son équipe. Entre les deux édiles, la question des investitures aux sénatoriales pourrait faire office de belle. Les deux hommes s'étaient déjà affrontées pour être chef de file aux élections métropolitaines.

à lire également
Gérard Collomb s'allie à la droite pour barrage aux écologistes
En s’alliant à la droite pour contrer la vague verte, Gérard Collomb a joué le tout pour le tout et a perdu. Vaincu dans son fief du 9e, il retrouve les bancs de l’opposition après vingt ans de règne. Et un combat de trop.
Faire défiler vers le haut