Bruno Gollnisch
© Océane Fournier

Bruno Gollnisch prié de quitter ses fonctions au Front national

L'ancien leader du Front national en Rhône-Alpes, Bruno Gollnisch, est prié de démissionner. C'est en tout cas ce que réclame une motion du parti de Marine Le Pen, en sanction à sa présence ce dimanche aux côtés de Jean-Marie le Pen.

La sanction n'aura pas tardé à tomber. Bruno Gollnisch et Marie-Christine Arnautu sont priés de démissionner de leurs fonctions au sein du Front national. "Le bureau politique du Front national, réuni ce jour à Nanterre, constate le caractère inacceptable de la participation de membres du conseil d'administration (bureau politique) du Front national à une manifestation politique réunissant un grand nombre d'organisations et de personnalités violemment hostiles au Front national et au cours de laquelle des critiques virulentes ont été formulées à l'égard du Front national, de sa ligne politique et de sa présidente", écrit le parti à la flamme dans sa motion rendue publique ce lundi en milieu d'après-midi.

"Quelques jours de réflexion"

Ce dimanche, l'ancien chef de file du FN en Rhône-Alpes et proche de Jean-Marie Le Pen avait en effet assisté au rassemblement organisé par l'ancien président du parti frontiste place des pyramides à Paris. Un rassemblement au cours duquel "le menhir" n'avait pas retenu ses coups contre la direction du parti qu'il a fondé, pronostiquant que sa fille "allait perdre au deuxième tour et peut-être au premier", de l'élection présidentielle de 2017.

Dans l'immédiat, aucun des deux eurodéputés visés ne semble vouloir se plier à la motion. Bruno Gollnisch affirme toutefois qu'il va s'accorder "quelques jours de réflexion" avant d'annoncer s'il quitte volontairement ses fonctions au sein du bureau politique du parti ou pas. Seule sanction immédiate pour l'ancien numéro deux du Front national : il a été écarté dès aujourd'hui de la commission d'investiture du Front national.

à lire également
Plusieurs membres de la commission d'enquête parlementaire sur la lutte contre les groupuscules d’extrême droite en France étaient présents à Lyon ce vendredi dans le cadre de leurs travaux.
1 commentaire
  1. Martin de Givors - 5 mai 2016

    Pauvre GOLLNISCH, La nouvelle génération FN avec la fille LE PEN fera vraiment preuve d'ingratitude à son égard et n'aura pas la moindre reconnaissance envers l'un des historiques de leur parti. La recherche du pouvoir ne saurait s'embarrasser de celles et ceux qui peuvent être un obstacle. C'est vrai au FN, mais également dans tous les partis, dont les 'Etats majors' qui sont souvent de véritables paniers de crabes... Où ceux qui réussissent ne sont pas forcément les meilleurs...

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut