Bron : Annie Guillemot va céder son écharpe de maire

La sénatrice de Bron, qui sera élue ce jeudi présidente du Sytral, devrait céder son fauteuil de maire à son premier adjoint, Jean-Michel Longueval.

Ce jeudi, Annie Guillemot sera logiquement élue présidente du Sytral, l'instance de régulation des transports en commun lyonnais. Une ligne de plus sur sa carte de visite, déjà bien noircie par un nombre impressionnant de fonctions, parmi lesquelles sénatrice, maire de Bron et 5e vice-présidente à la métropole de Lyon. Rien que sur ce dernier poste, Annie Guillemot pilote 90 % des compétences qui étaient auparavant attribuées au conseil général du Rhône.

Autant dire que son emploi du temps est plus que plein. "Seule Wonder Woman peut faire plus qu'Annie Guillemot", raille l'élu d'opposition à Bron Yann Compan. Mais, avec ses compétences futures, Annie Guillemot a décidé de larguer du lest. Elle devrait ainsi céder son écharpe de maire à son premier adjoint, Jean-Michel Longueval.

Bron, “un marche-pied vers le Sénat”

Ce n'est pas vraiment une surprise, puisque l'édile n'avait jamais caché souhaiter redevenir simple conseillère municipale. "De toute manière, elle continuera d'assurer la régence", glisse, désabusé, un membre de sa majorité. "Ils vont tous garder le doigt sur la couture du pantalon", ajoute Yann Compan, qui estime que Bron n'a été pour Annie Guillemot "qu'un marche-pied vers le palais du Luxembourg".

Pour autant, même libérée de ses obligations d'édile, pas dit qu'Annie Guillemot exerce à plein ses fonctions au sein du Sytral. "Avec la mesure de Gérard Larcher [le président du Sénat, qui a décidé de pénaliser les sénateurs trop absents], si elle veut percevoir ses indemnités de sénatrice totalement, elle devra être à Paris 2 ou 3 jours par semaine. Avec la métropole, ça fait beaucoup", explique un élu socialiste, qui ajoute que l'indemnité de président du Sytral ne rentre pas dans le calcul de l'écrêtement et pourrait lui assurer un petit pécule.

"Elle sera à la fois le faux-nez de Collomb et de Rivalta, estime un élu socialiste de la métropole. Elle est à la fois parfaitement redevable à Collomb et “Rivalta-compatible”. C'est peut-être le plus dur à trouver !"

à lire également
Ce mardi, le maire de Lyon et candidat à l’élection métropolitaine, Gérard Collomb tenait une conférence sur le thème "l'Anneau des sciences au cœur des mobilités". Cet exercice d'équilibriste a consisté à expliquer pourquoi ce projet d'autoroute urbaine était écologique et allait permettre de relier tous "les poumons verts" que sont les parcs de Lyon. 
d'heure en heure
d'heure en heure


derniers commentaires
Faire défiler vers le haut