Bruno Charles © Tim Douet
Bruno Charles © Tim Douet
Article payant

B. Charles : “La génération climat devra s’engager politiquement dès 2020”

Bruno Charles est le vice-président de la métropole chargé de la biodiversité et du développement durable. L’enjeu pour Lyon, estime-t-il, c’est la sobriété, faute de quoi on va droit vers la pauvreté, les inégalités sociales et les tensions. Less is beautiful. 

Lyon Capitale : Quelles sont vos réactions à la lecture du scénario de Lyon Capitale (lire ici) ? Bruno Charles : Dans l’ensemble, je suis d’accord, mais selon moi trois risques ont été oubliés : le risque nucléaire – on est à 40 kilomètres d’une des plus anciennes centrales de France, qui voit les incidents se multiplier, sans compter le danger d’une rupture du barrage de Vouglans –, le risque bactériologique (on a le laboratoire le plus dangereux au monde, le P4 à Gerland) et le risque industriel dans la Vallée de la chimie. On peut aussi ajouter le risque alimentaire, avec la survenance de famines si on laisse quelques grandes sociétés posséder le vivant, notamment les semences. Croyez-vous ce scénario crédible et probable ? Il est possible, mais pas inévitable. Quoi qu’on fasse, on aura droit au réchauffement climatique, car il y aura l’effet de stock accumulé durant des centaines d’années. Il s’agit maintenant de savoir si la température de Lyon, à la fin du siècle, sera celle de Madrid ou celle du sud algérois. La question n’est pas de savoir si on va dans le mur, c’est celle de savoir si on y va à 50 km/h ou à 5 km/h. Les conséquences ne sont pas les mêmes… Dans la métropole de Lyon, on va dans le mur plutôt à 50 km/h ou à 5 km/h ? Pour l’instant, comme tout le monde, on y va à 50 km/h. On commence à ralentir, mais pas assez vite à mon goût. Quand on regarde les indicateurs locaux (empreinte écologique, étalement urbain, biodiversité, qualité de l’air, climat, dépendance aux énergies non renouvelables), on a l’impression que la trajectoire prise depuis des années par la métropole n’est pas viable durablement. Quels axes stratégiques avez-vous définis pour permettre une soutenabilité de la métropole ?

Il vous reste 75 % de l'article à lire.
Article réservé à nos abonnés.

Connectez vous si vous êtes abonnés
OU
Abonnez-vous

à lire également
À travers deux tweets, le président de la métropole prend la défense de Greta Thunberg et se dit admiratif des jeunes qui se mobilisent pour le climat. Mais pour être totalement audible sur ces questions, il doit encore prendre une décision forte et symbolique. 
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut