Gérard Collomb
©Tim Douet

Affaire Benalla : Collomb peut-il être inquiété ?

Gérard Collomb devrait être auditionné la semaine prochaine par les députés et sénateurs dans l’affaire Benalla. Le ministre, qui a eu connaissance des faits dès le 2 mai, est mis en cause par l’opposition pour ne pas avoir transmis l’affaire à la justice.

Après les révélations du journal Le Monde sur le collaborateur d’Emmanuel Macron filmé en train d’agresser des manifestants le 1er mai dernier, ce qui est déjà appelé “l'affaire Benalla” semble devenir une affaire d'État. Gérard Collomb, en tant que ministre de l'Intérieur, a été la cible des questions des sénateurs ce jeudi et sera auditionné la semaine prochaine au Sénat sur le sujet. Selon France Inter, il a été mis au courant des faits reprochés à Alexandre Benalla dès le 2 mai. Gérard Collomb, qui “ne connaît pas” M. Benalla et a eu “très rarement affaire à lui”, aurait transmis l'information à l'Élysée dès le 3 mai. Ce qui a engendré les quinze jours de mise à pied infligés à l'intéressé. “Après, Gérard Collomb pense que tout est réglé. Il ne redécouvre l’affaire que mercredi dernier”, explique France Inter.

“La responsabilité du ministre de l’Intérieur”

De son côté, l'opposition estime que le ministre de l'Intérieur aurait dû transmettre les faits à la justice, l'article 40 du Code de procédure pénale disposant que “toute autorité constituée, tout officier public ou fonctionnaire qui, dans l'exercice de ses fonctions, acquiert la connaissance d'un crime ou d'un délit est tenu d'en donner avis sans délai au procureur de la République”. Le député La France Insoumise Alexis Corbière a estimé que “la responsabilité du ministre de l’Intérieur” était engagée dans cette affaire, faute de transmission à la justice.

“C’est plus l’affaire de l’Élysée que de Gérard Collomb”

Contacté, le député LREM Thomas Rudigoz, membre de la commission des lois et par ailleurs très proche de Gérard Collomb dont il a été l'adjoint à Lyon, a jugé les faits “graves et inadmissibles”. Mais, selon lui, l'affaire concerne “plus l'Élysée que le ministère de l'Intérieur”. “En tant que patron de la police, Gérard Collomb a été informé des faits et a tout de suite prévenu l'Élysée pour que des mesures soient prises. En tant que responsable de la police, il va devoir apporter certaines réponses au Sénat et à l'Assemblée nationale. Mais il faut bien dire avant toute chose qu’[Alexandre Benalla] n'est pas quelqu'un qui travaillait pour le ministère”, ajoute le député. La commission des lois de l'Assemblée nationale s’est réunie ce jeudi et a pris la décision de former une commission d'enquête. Un calendrier d'auditions va être fixé ce vendredi. Ces auditions se tiendront à huis clos, sauf exception, à partir de lundi. Gérard Collomb devrait être auditionné par les députés en début de semaine.

2 commentaires
  1. Marc Antoine - 20 juillet 2018

    A. Benalla avait été proche de M. Aubry et du PS. Il semble que E. Macron ne s'est pas suffisamment libéré de ses liens avec ses anciens camarades.

  2. Galapiat - 20 juillet 2018

    Marc Antoine!!!!!Prends les français pour des lapins de 15 jours::encore une excuse semblable et on va te croire ! Montebourg l'avait viré. Il a eu un pb avec la justice jugé pour violence en 2016. au fur et à mesure la liste s'allonge.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut