Huguet

Roms : l’UMP tronque une citation de Collomb

Le 14 septembre 2010, le maire de Lyon demandait à Nicolas Sarkozy “d’arrêter de stigmatiser les Roms”. Une citation exhumée par un soutien de Michel Havard, qui accuse le PS de “dogmatisme”. La citation est en réalité tronquée, et perd, de ce fait, tout son sens...

Huguet ()

Dans un communiqué, Patrick Huguet, conseiller communautaire et soutien de Michel Havard, critique Gérard Collomb sur la question rom, alors que ce dernier a signé dimanche une tribune venant au secours du ministre de l'Intérieur sur ce sujet (lire ici). "Lyon est depuis de longues années inscrite comme l'une des villes les plus accueillantes par les filières organisatrices de cette migration non maîtrisée", écrit l'élu UMP. Il vise l'édile socialiste qui, dans "les colonnes du journal 20 minutes, demandait expressément à Nicolas Sarkozy d'arrêter de stigmatiser les Roms". L'interview est datée du 14 septembre 2010, précise Patrick Huguet.

En réalité, cette phrase a été prononcée ce jour-là sur BFM Radio par le maire de Lyon, et ces propos avaient été relayés par le quotidien gratuit. Et si Gérard Collomb conseillait au président de l'époque plus de retenue, c'était pour mieux poursuivre sa politique d'expulsion. "Le problème dans lequel s'est mis le président de la République c'est qu'aujourd'hui on ne va plus pouvoir procéder à aucune expulsion parce que c'est devenu une affaire pratiquement de droit européen et international", poursuivait-il. Et d'évoquer une procédure en cours, "sur un terrain d'environ une centaine de Roms : j'espère qu'on va [pouvoir] mener dans le cadre des procédures les choses jusqu'au bout", ajoutait-il. Pas vraiment une positon "angélique" donc.

broliquier_sytral©pluquet ()

Quelques minutes plus tard, ce lundi, ce fut au tour de Denis Broliquier (UDI) de dire combien il était "heureux" de constater que "Gérard Collomb se positionne clairement sur le sujet et dans le bon sens". Le maire du 2e arrondissement pose aussi la question des demandeurs d'asile, évoquant le cas de ceux qui dorment sous l'autopont de Perrache. Il craint que l'on n'attende le plan froid du 1er novembre pour ouvrir des hébergements d'urgence. "Il n'y aura pas de place pour tout le monde", prévient-il.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut