Laurent Wauquiez
© Élise Anne

Laurent Wauquiez finit sa campagne sur l’identité nationale

Favori des régionales après le premier tour, Laurent Wauquiez, à la recherche de réserve de voix, s’est adressé indirectement aux électeurs du FN, qu’il “ne juge pas” et qu’il “ne critique pas”. Sur la question de l’identité nationale et de la sécurité, il a martelé ses engagements comme autant de gages de confiance.

Laurent Wauquiez organisait son dernier grand meeting de campagne, mercredi soir, à Saint-Étienne. Un dernier tour de chauffe au contenu assez similaire à celui qui a précédé le premier tour, à Lyon, à quelques inflexions près.

En cette fin de campagne, Laurent Wauquiez, en pilotage automatique, récite ses thématiques : les impôts, le gaspillage de l'argent public par les socialistes. Mais c'est son argumentaire sur l'identité nationale, l'assistanat ou encore la réponse à apporter aux terroristes qui électrise les militants. Le verdict des urnes l'incite aussi à tendre la main aux électeurs du FN.

Aux électeurs FN : “Je ne juge pas”

Si le candidat LR revendique le deuxième score de la droite au premier tour des régionales et une poussée frontiste endiguée, il aborde le second sans vraies réserves de voix. Sans les nommer directement. “Combien faudra-t-il d'élections pour que la classe politique comprenne ? Je n'ai fait jamais la moindre compromission avec le FN, ni avec ses idées, mais je n'accepte pas le mépris avec lequel certains politiques traitent les électeurs quand ils s'expriment. Je ne juge pas, je ne critique pas. Je veux que l'on apprenne ce qu'est cette colère des Français qui s'expriment. Ils sont aussi en attente. Ils en ont marre que la gauche et la droite soient pareilles. Ce n'est pas à eux qu'il faut en vouloir, mais aux politiques qui sont trop lâches pour répondre et qui se laissent intimider par les censeurs. Ils veulent arrêter le gâchis. Ils ont raison. Nous aussi, nous voulons que ça change. Je veux leur dire que nous devons assumer nos valeurs au lieu de passer notre temps à nous excuser. Nous avons une colonne vertébrale.”

Identité nationale et discours national

Plus tard dans le meeting, ses valeurs, Laurent Wauquiez va les développer en reprenant ses propositions pour lutter contre l'assistanat. Avant de décliner une ébauche de discours sur l'identité nationale : “L'immigration a permis d'avoir de magnifiques trajectoires. Des familles avaient le souci de travailler, ils disaient à leurs enfants de chérir la France : “Tu dois devenir plus français que les Français.” C'était cela la formidable histoire de l'immigration à une époque où n'avions pas renoncé à nos valeurs. Aujourd'hui, ces parcours deviennent plus rares. Qu'avons-nous perdu ? Nous n'assumons plus de porter les valeurs de notre pays, la fierté de notre culture, de notre littérature, de l'histoire de France. Nous n'en finissons plus de nous excuser de l'histoire de France. Je veux que dans notre région nous retrouvions notre fierté (…) La flamme de la France n'est pas morte.”

Si le discours est très éloigné des thématiques régionales, les militants ne lui en ont pas tenu rigueur. Chacune de ces tirades était saluée par de vibrants “Laurent, président !”. Pour la région, ce sera peut-être dimanche.

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut