François Lamy
© ALAIN JOCARD / AFP

Après le PRG, Lamy (PS) “espère qu’Aubry sera entendue”

Le député socialiste de l’Essonne, ancien ministre délégué à la Ville et proche de Martine Aubry, était l’invité politique de Sud Radio ce mardi matin.

Proche de Martine Aubry (il fut son directeur de campagne lorsqu'elle était candidate à la primaire socialiste), François Lamy a commenté ce mardi matin l'entretien de la maire de Lille dans Le Journal du dimanche. Il précise avoir
eu des échos depuis dimanche. Sur son site, ensemble-reussir.fr, elle demande à ceux qui s'inscrivent d'être des contributeurs – ils viennent avec des textes, des idées, une demande pour savoir s'ils peuvent organiser localement des débats".

Interrogé par Christophe Bordet, François Lamy se dit "d'accord avec Stéphane Le Foll" quand le ministre de l'Agriculture dit que Martine Aubry doit participer au débat. "À gauche, le débat est une tradition, et ce débat doit être utile au président de la République", affirme-t-il. "Il y a besoin de donner du sens aux réformes qui ont été faites depuis 2012. Elles n'ont de sens que si elles sont un progrès. Donnons du sens à ce que nous faisons en ce moment au gouvernement", engage le député de la majorité.

“La ligne déployée par Manuel Valls n’a été discutée nulle part”

Pour finir, François Lamy rappelle qu'il n'est pas un frondeur, et qu'il a voté la confiance à Manuel Valls le 16 septembre. Mais il reconnaît néanmoins que "la ligne déployée actuellement par Manuel Valls n'a été discutée nulle part. Je comprends que le Premier ministre ait envie de mener une politique cohérente, explique-t-il, mais il faut un dialogue avec la majorité. Il sait entendre, il l'a montré la semaine dernière avec le PRG. Nous, nous ne sommes pas dans la menace, j'espère qu'on sera entendus", argumente-t-il.

Ecoutez l'intégralité de l'interview de François Lamy sur le site de Sud Radio en cliquant dans les derniers podcasts sur "21/10 L'invité politique Sud Radio François Lamy, Député PS de l’Essonne"

à lire également
La Région Auvergne-Rhône-Alpes a décidé de supprimer la question de la subvention d’un million d’euros attribuées pour les réparations du château d’un particulier. Un "premier pas" pour les élus socialistes, qui promettent de rester vigilants sur cette affaire.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut