À en croire Gérard Collomb, pour 3000 balles t’as plus rien

Invité sur la chaîne Public-Sénat, Gérard Collomb a jugé qu’avec 3 000 euros, si son adjoint à l’urbanisme ne bénéficiait plus du cumul des mandats, il se trouverait dans une situation "extrêmement difficile".

La vie est chère, mais tout de même. C’est une lecture bien particulière de la grille des revenus que Gérard Collomb a livré lors de l’émission la preuve par trois, sur la chaîne Public-Sénat, le 5 février dernier. Interrogé sur le cumul des mandats, le sénateur maire de Lyon, chef de file des cumulards revendiqués a pris l’exemple de Gilles Buna pour démontrer, un des aspects négatifs, selon lui, que la réforme pourrait avoir. "Mon adjoint à l'urbanisme - adjoint à l'urbanisme à Lyon c'est quand même une fonction à plein temps - il doit je crois être à 3.000 euros d'indemnités. S'il n'a pas un cumul des mandats, il se trouve dans une situation extrêmement difficile", a-t-il jugé.

"Je travaille gratuitement pour la Ville de Lyon et le Grand Lyon"

Le cumul permettrait donc d’assurer aux élus des revenus "suffisants", directement pour celui qui cumule, ou bien indirectement, en faisant bénéficier d’autres élus des écrêtements d’indemnités des cumulards (lire notre article). Ainsi Gérard Collomb précise ses revenus : "Au total, ça ferait à peu près 19.000 euros, les trois.Mais je ne touche que 9.000 (9800 –NDLR) , je travaille gratuitement pour la ville de Lyon, pour le grand Lyon. C'est parce que c'est ma passion, ma vie est à Lyon, dans l’organisation, le développement de ces grandes villes."

La maire du premier arrondissement de Lyon, Nathalie Perrin-Gilbert était visiblement devant son petit écran, et a réagi aussitôt sur les réseaux sociaux. "Gérard Collomb n’a pas perdu que le sens de l’humour… le sens de la décence et la conscience de la réalité de la vie de nos concitoyens aussi.. Hélas".

Consulter la vidéo ici

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut