« On va aller vers un modèle mixte avec un mélange de cours en présentiel et en distanciel » Simon Briole, économiste et chercheur

(vidéo) "Les fermetures d'écoles ont aggravé les inégalités" pour Simon Briole

Une émission dans laquelle on parle de l'école du futur pour les jeunes Lyonnais. Simon Briole est chercheur postdoctoral à l'École d'Économie de Paris (Chaire Travail) et au Ministère du Travail, de l'Emploi et de l'Insertion (DARES). Il explique dans l'émission "6 minutes chrono" ce que pourrait devenir l'école dans le monde d'après la crise sanitaire.

Selon l’UNESCO, les fermetures d’école ont concerné 94 % de la population scolarisée mondiale, et près de 99 % d’entre elles dans les pays à niveau de revenu intermédiaire ou faible. La France, de manière générale, fait-elle figure de bon élève dans sa gestion de la crise au niveau de l'éducation ou pas ? Pour Simon Briole, économiste et chercheur sur ces sujets : "la crise sanitaire a rappelé l'ampleur des inégalités scolaires et sociales. Ce qui est évident aujourd'hui c'est que les fermetures d'écoles ont aggravé ces inégalités. C'est l'environnement familial qui a eu la charge de l'éducation. Il semble tout de même que la France a un peu moins fermé les écoles que d'autres pays à niveau de développement égal. On voit maintenant que c'était plutôt un bon choix."

Le numérique, la clé de l'école de demain ?

Quels systèmes éducatifs ont été les plus résilients ? Sans répondre directement, le chercheur explique : "On voit qu'il y a un retard dans l'intégration des nouvelles technologies numériques dans le domaine de l'éducation. On s'est retrouvé au pied du mur avec des enseignants parfois non formés à ces technologies. Il y a aussi parfois un déficit d'équipement."


"On va aller vers un modèle mixte avec un mélange de cours en présentiel et en distanciel" Simon Briole, économiste et chercheur


Est-ce à dire que le numérique dans l'éducation va être un pas obligatoire à franchir dans l'avenir ? "Difficile de répondre car on manque de recul (...). On a été obligé de l'utiliser pendant les confinements pour assurer une continuité pédagogique. Mais maintenant que l'on a investi énormément, il serait dommage de l'abandonner (...). Utiliser les outils numériques semble être un enjeu fort au-delà de la continuité pédagogique".

Quid des formations parascolaires ?

Les entreprises qui proposent des formations à domiciles, des cours privés à côté de l'école, des classes à distance, se multiplient. Est-ce que ces acteurs peuvent s'implanter durablement dans le paysage éducatif des français ? "Pour l'instant c'est un "hot-topic", ce sont des questions que l'on se pose massivement dans la communauté des chercheurs. Probablement que l'on ne va pas en rester là, on va aller vers un modèle mixte avec un mélange de cours en présentiel et en distanciel" selon Simon Briole.


Pour en savoir plus :

Retrouvez Simon Briole aux Journées de l'Economie, à la table ronde "L'école après la COVID19 ?" à 9h ce vendredi 5 novembre, en ligne sur le site de l'événement. Organisées à Lyon du 3 au 5 novembre, les Journées de l'Economie permettent de rapprocher le grand public de l'économie. Un événement dont Lyon Capitale est partenaire. 


Lire aussi : Reportage à Lyon : la secrétaire d'Etat Sarah El Haïry invite la jeunesse à "prendre le pouvoir sur l'avenir" grâce aux mentors

Lire aussi : Covid-19 : Ain, Isère, Loire, le masque redevient obligatoire dès lundi 8 novembre dans de nombreuses écoles de la région

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut