Mission sentinelle devant le palais de justice © Tim Douet

Lyon : ce que l’on sait sur l'homme blessé par un militaire

Un homme de 26 ans, vêtu d'une djellaba et porteur d'un couteau, a été arrêté dans l'hôpital militaire Desgenettes ce dimanche. Il a depuis été interné sous contrainte au centre hospitalier Le Vinatier.

Dimanche 16 juin, peu avant 15h, un homme vêtu d'une djellaba et porteur d'un couteau a été aperçu dans l'enceinte de l'hôpital militaire Desgenettes dans le 3e arrondissement de Lyon. Très rapidement une patrouille de militaires chargée de la sécurité du site est intervenue pour lui demander de s'arrêter. Le suspect n'aurait pas suivi cet ordre et aurait continué de marcher son arme blanche à la main. Finalement, un des soldats lui a tiré une balle dans la jambe après plusieurs sommations. 

Transporté à l'hôpital Édouard-Herriot, l'homme, dont le pronostic vital n'était pas engagé, a été placé en garde à vue. Cette dernière a finalement été levée lundi en fin d'après-midi à la suite d’un examen psychiatrique ayant “déclaré son état incompatible avec la poursuite de la garde à vue”, a informé le parquet de Lyon. 

Le suspect, un Français âge de 26 ans, a expliqué son comportement par son état dépressif, et a affirmé “avoir voulu mourir” et “ne pas avoir eu l'intention de blesser ou de tuer les militaires”. Il était jusqu'ici inconnu des services de police et des services spécialisés en charge de la radicalisation. Il a été interné sous contrainte au centre hospitalier Le Vinatier.

à lire également
C'est peut-être un tournant important pour la professionnalisation des joueuses de football qui s'est joué ce lundi après-midi dans la salle A du tribunal de grande instance de Lyon. Une jeune joueuse écartée par l'Olympique lyonnais dans des circonstances qu'elle dénonce a demandé à être réintégrée au club, estimant qu'elle devait comme les hommes avoir une convention de trois ans. Or ces contrats de formation n'existent pas actuellement à l'OL. L'avocat du club a admis une “différence de traitement réglementaire” entre hommes et femmes et estimé que cela relevait du fonctionnement “des mondes” du football professionnel et amateur.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut