Le Dernier Métro – Adaptation et mise en scène Dorian Rossel © Carole Parodi
Le Dernier Métro – Adaptation et mise en scène Dorian Rossel © Carole Parodi

Dernier Métro : les Célestins se refont un film

Le talentueux metteur en scène suisse Dorian Rossel propose une adaptation théâtrale du Dernier Métro de François Truffaut. Le film rejoué au théâtre, une forme qui se répand.

La saison passée, le dernier spectacle au programme a emballé le public des Célestins. Cyril Teste y mettait en scène Festen, le film de Thomas Vinterberg. Il reviendra d’ailleurs dans la salle rouge et or en mars (avec Isabelle Adjani) pour un nouveau spectacle tiré d’un film : Opening Night, de Cassavetes. À la même date, la Comédie de Saint-Étienne proposera une version théâtrale de Breaking the waves, le film de Lars Von Trier, mise en scène par Myriam Muller. Le mouvement consistant à se saisir d’œuvres filmées pour en faire des spectacles de théâtre se confirme donc. Sans doute parce que les moyens techniques ne cessent de s’améliorer.

Le théâtre comme lieu de résistance

Le Dernier Métro – Adaptation et mise en scène Dorian Rossel © Carole Parodi
Le Dernier Métro – Adaptation et mise en scène Dorian Rossel © Carole Parodi

On en aura une preuve supplémentaire aux Célestins avec l’adaptation théâtrale du film aux dix césars (dont les quatre plus prestigieux : meilleur film, meilleur réalisateur, meilleure actrice et meilleur acteur) de François Truffaut, Le Dernier Métro. Juste retour des choses, puisque celui-ci se déroule pour l’essentiel… dans un théâtre. On connaît l’histoire : celle d’un amour, sous l’Occupation, entre la responsable d’un théâtre parisien (Catherine Deneuve) et un jeune acteur (Gérard Depardieu), qui est aussi résistant, tandis que le mari de la première, Lucas Steiner (Heinz Bennent), vrai directeur des lieux, se cache dans les coulisses pour échapper aux Nazis.

C’est le symbole central du film – le théâtre comme lieu de résistance à une idéologie raciste – qui a séduit Dorian Rossel, connu pour avoir déjà adapté pour la scène des œuvres venues d’horizons divers (films, reportages et même… manga). “Le but n’est pas de refaire le film, explique-t-il, mais de donner à réentendre la pertinence d’une parole en proposant une mise à l’écoute au présent.” Onze acteurs incarneront les personnages de cette ode à la liberté, aussi bien par le jeu que par le chant.

François Truffaut / Le Dernier Métro – Mise en scène Dorian Rossel

Du 19 au 22 septembre et du 2 au 4 octobre à 20h au théâtre des Célestins


[Article publié dans Lyon Capitale n°780 – Septembre 2018]

à lire également
Triple Bill # 1 – Chorégraphies de Kader Attou, Jann Gallois et Mikey © DR
Affronter ses peurs, observer la rencontre dansée de deux continents, se laisser décoiffer par la Biennale. En septembre, la programmation jeunesse des salles du Grand Lyon nous fait grandir et voyager.

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut