Taha en sa Casbah

Il est loin le temps où, avec Carte de Séjour, le lyonnais Rachid Taha militait pour le droit des enfants de l’immigration à être reconnus comme français. Aujourd’hui, celui qui est parfois considéré comme le dernier punk français a largement mondialisé ses aspirations, pratiquant un mélange assez unique de world music inspirée des compositeurs chââbi et d’Oum Kalsoum, de punk pur jus et de variété française au sens noble du terme. Mélange qui se matérialisa à merveille dans la reprise en arabe de Rock the Casbah du Clash.

La légende raconte même que le morceau aurait été inspiré à Joe Strummer par une démo de Carte de Séjour, remise par Taha à la sortie d’un concert du Clash à Mogador. Rock The Casbah sortait en effet quelques mois plus tard, mélangeant punk rock et musique orientale, marque de fabrique de Carte de Séjour. Quelle que soit la part de vérité dans la légende, Taha est sans doute l’un des plus dignes héritiers de Maître Joe et de son Clash.

Rachid Taha.
Le 23 octobre au Kao.

à lire également
ONL orchestre orgue
 C’est l’ouverture de saison à l’Auditorium et l’occasion pour le public lyonnais de découvrir à l’œuvre le nouveau directeur musical de l’Orchestre national de Lyon (ONL).

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut