L'exposition universelle présente sa candidature à Lyon

Dès ce soir et jusqu'à dimanche, la place Bellecour se transformera pour recevoir l'Expo France. Le but de la manœuvre est de susciter l'adhésion de tous à la candidature de la France pour accueillir l'Exposition universelle en 2025.

C'est au tour de Lyon d'accueillir pendant quatre jours la sphère de 12 mètres de haut librement inspirée du projet de globe d'Elisée Redus pour L'Expo universelle de Paris en 1900. Plus de cent ans après l’événement, la France rêve de recevoir de nouveau une Exposition universelle, qui ne serait cette fois pas seulement située dans la capitale avec l'organisation d'un "Village Globale", mais aussi présentes dans toutes les métropoles de France avec des "Forums thématiques". Jean-Jacques Fromantin, député maire de Neuilly-sur-Seine, souhaite que ce soit un pays tout entier qui accueille le reste des pays du monde en 2025. Avant cela, il faudra convaincre avant cet été avec cette candidature tournée autour de cette phrase : "Au cœur de territoire s'ouvre celui des hommes."

Recueillir un maximum de soutien

Pour susciter l'adhésion au projet d'un maximum de personnes, Expo France est en tournée dans toute la France. Sur la place Bellecour, trois espaces distinctes présenteront l’événement aux curieux. Des stéréoscopes seront disposés près de l'immense globe pour découvrir différentes vues des expositions universelles grâce à des photographies en relief d'époque. Un autre espace diffusera en continu un film en 3D de trois minutes pour présenter les grands enjeux mis en scène pour l'Exposition 2025 : village global, technologie et innovation, nouvelles mobilités... Le troisième espace aura vocation à recevoir le soutien des français pour cette candidature, il permettra de se prendre en photo et de témoigner de son soutien à la candidature pour 2025 par le biais des réseaux sociaux. À l'extérieur de cet espace, une fresque sous forme de frise chronologique présentera les Expositions universelles passées et les progrès qu'elles ont apporté depuis la première édition à Londres en 1851. Tous les soirs, un film de 10 minutes sera projeté sur la surface de l'immense globe et représentera l'imaginaire du projet Expo France.

à lire également
Cathy Bouvard, aux Subsistances, en octobre 2018 © Tim Douet
Depuis quinze ans à la tête des Subsistances, Cathy Bouvard s’est vu proposer un défi qui ne se refuse pas : les Ateliers Médicis, dont l’ambition est rien de moins que de transformer par la culture la ville de Clichy-sous-Bois et de faire émerger des artistes qui ne soient pas “du sérail”. Une des fondatrices de Lyon Capitale tire donc sa révérence et dresse à cette occasion le bilan d’une ville qui a muté. Avec la crainte qu’elle ne se re-quenellise…
1 commentaire
  1. 1960CANUT - 21 mai 2016

    Si il reste du pognon vous pensez à un contournement routier pour Lyon ! Si il reste aussi du pognon pour les J.O un an avant et toujours à Paris vous pourriez aussi nationaliser notre musée des tissus qui est unique au monde et dont les 'irresponsables ' de la métropole et la région font crever . La culture n'est pas qu'à Paris mais les Français ne disent rien ! C'est normal que notre pognon parte que pour cette ville. Elle a tout voler sur le plan culturel aux autres villes et à l'Italie..... mais c'est normal à priori.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut