War&Breakfast©LollWillems
© Loll Willems

Fourvière : War and breakfast, le rire coincé dans la gorge

Critique. Les étudiants de l’Ensatt, sous la direction de Jean-Pierre Vincent, interprètent huit comédies noires de Mark Ravenhill. Saisissant.

En 2007, pour festival théâtral d’Edimbourg, Mark Ravenhill, dramaturge anglais contemporain avait écrit une série de pièces courtes destinées à être jouées à l’heure du petit-déjeuner. Parmi ces comédies sombres et amères, Jean-Pierre Vincent en a choisi huit qu’il a mises en scène avec les élèves de la 74ème promotion de l’Ensatt (Ecole Nationale Supérieure des Arts et Techniques du Théâtre). Le résultat c’est presque quatre heures de théâtre qui nous emmènent dans plusieurs espaces scéniques dûment aménagés sans que ne se fasse sentir une seule seconde d’ennui. Chaque pièce nous plonge dans une ambiance particulière décrivant les répercussions de la guerre d’Irak aussi bien dans la société anglaise que sur les lieux des opérations. Ce que montre Ravenhill avec une acuité qui fait froid dans le dos, ce sont les hypocrisies, la violence de l’occident qui impose sa conception de la démocratie et de la liberté par la force. Et, aussi bien, la guerre intime qui se noue dans les couples ou entre riches parqués dans des quartiers sécurisés et pauvres réduits à l’état de loques. Le rire, pourtant puissant, se coince dans la gorge lorsque l’on est confronté à cette femme qu’un soldat cherche à soumettre aux joies de l’éjaculation faciale ou encore face à cette victime irakienne dont la bouche vomit le sang tandis que des guignols s’évertuent à la convaincre que l’art constituera pour elle la meilleure des thérapies. L’interprétation est à la hauteur des enjeux dramatiques d’un texte écrit à l’encre la plus noire qu’il se puisse imaginer. Tandis que la mise en scène met en avant l’intelligence des situations où se révèlent certaines vérités peu confortables. On en ressort secoués mais avec la certitude que l’on a vécu là un moment de théâtre politique inoubliable.

> War and Breakfast, jusqu’au 4 juillet à l’Ensatt. 4, rue Sœur Bouvier. Lyon 5e. dans le cadre des Nuits de Fourvière. www.nuitsdefourviere.com

d'heure en heure
d'heure en heure


derniers commentaires
Faire défiler vers le haut