Septembre photo 2016 Annabel Aoun Blanco montage danse

Expos : Le retour de la photographie en Septembre

Après quatre années d’absence, “Septembre de la photographie” revient cette rentrée, avec un ensemble de rencontres, d’expositions, de conférences et de projections répartis sur 13 lieux à Lyon. Sélection.

Spolia, 2011 © Gilles Saussier

© Gilles Saussier
Spolia, 2011.

“Dacia” est le nom de la Roumanie antique, ainsi que la patrie de l’immense sculpteur Brancusi. À la galerie Le Bleu du Ciel, Gilles Saussier croise l’histoire, la Roumanie et la sculpture moderne avec Spolia (réemploi – donc spoliation et palimpseste – d’éléments de monuments romains antérieurs comme matériaux de construction pour un nouveau monument en Dacie).

Une photographie archéologique et sociologique “tendance”, dépouillée, où le sujet est traditionnellement plein cadre.

Le Voyage de Portugal, 2016 © Gilles Verneret

© Gilles Verneret
Le Voyage de Portugal, 2016.

Photographie sociologique encore à la galerie Françoise Besson, avec Gilles Verneret, le photographe lyonnais initiateur de cette manifestation photographique (en 2002), pour son Voyage de Portugal.

Des photos “ordinaires” de lieux “ordinaires” à Lisbonne, où les silhouettes de migrants côtoient le touriste, l’autochtone, l’inattendu et les stéréotypes.

Sur traces, 2014 © Farida Hamak, courtesy galerie Regard Sud

© Farida Hamak, courtesy galerie Regard Sud
Sur traces, 2014.

À la galerie Regard Sud, Farida Hamak pose avec Sur les traces un regard documentaire féminin, algérien et installé en France sur la région de Bou Saâda, au pied de l’Atlas saharien : l’intimité des femmes, les paysages, l’habitat, le regard du peintre orientaliste Dinet et l’enracinement dans cette “porte du désert” qui fut aussi surnommée “cité du bonheur”.

Danse contemporaine, 2015 © Annabel Aoun Blanco

Élizabeth Couturier, engagée dans sa voie d’une figuration contemporaine, propose dans sa galerie le subtil et délicat travail photographique d’Annabel Aoun Blanco avec la série Pour comprendre.

Œil de Lucques, 2014 © Yannig Hedel

© Yannig Hedel
Œil de Lucques, 2014.

La galerie Vrais Rêves quant à elle nous permet de retrouver les énigmatiques photos minimalistes de Yannig Hedel, composées de fragments architecturaux : Ici, là, voire plus loin.

À la BF15, avec La Mesure du doute, Estèla Alliaud est invitée à investir les lieux comme son atelier, avec diverses expérimentations de son questionnement sur le geste : mises en abyme, empreintes, naviguent entre sculptures et images très minimalistes. Estèla Alliaud souhaite que, “dans un rapport ténu à l’espace, son exposition s’envisage dans le mouvement même de l’écart”. Les œuvres proposées seraient alors des formes équivoques de l’apparition.

Ce “Septembre de la photographie” devrait être reconduit en 2017, avec un thème imposé : l’Est, géographique, politique, poétique et/ou imaginaire.

Septembre de la photographie – Du 10 septembre au 15 octobre
Dans les galeries L’Abat-Jour, L’Alcôve, Françoise Besson, la BF15, Le Bleu du Ciel, Elizabeth Couturier, Regard Sud, Vrais Rêves, à l’école BLOO, l’atelier ITEM, la Sucrière, la bibliothèque municipale et l’ENS.
Programme complet sur le site de la galerie Le Bleu du Ciel

à lire également
Vue de l’exposition “Entrare nell'opera” au MAMC de Saint-Etienne © Aurélien Mole
Si 2020 n’est pas l’année de la Biennale du design, une visite à Saint-Étienne s’impose néanmoins. Le musée d’Art moderne et contemporain présente en effet une grande exposition rétrospective sur le mouvement de l’Arte Povera qui, bien que né en Italie dans les années 1960, résonne encore de manière familière aujourd’hui.
Faire défiler vers le haut