Antoine Trollat et Laurent Graber

Aujourd'hui, ils n'ont pas encore 30 ans, mais un CV déjà plutôt conséquent. Présents dès la première édition du festival en 2002 au Musée d'Art Contemporain avec leur association Architek, ils n'auront attendu que 3 petites années pour investir les principaux sites du festival. "Il y a des qualités humaines qui nous ont rapprochés de l'équipe d'Arty Farty. A l'époque, c'était un noyau assez restreint. Plus une bande de pote qu'autre chose", nous apprend Antoine. "Enrichir le projet musical par une intervention sur un site particulier et travailler tout son environnement plastique, son organisation tant pour l'accueil du public que pour celui des artistes, ça les intéressait", surenchérit Laurent. Comme terrain d'expérimentation, cette année, ce sont les quelques 2,5 hectares de l'ancienne usine d' ampoule électriques de Vaise qui ont eu les faveurs des organisateurs. Une friche industrielle d'une trentaine de bâtiments qui devrait être démolie en octobre prochain. La mission des deux architectes ? "Créer une ville Nuits Sonores, une espèce de microcosme qui tourne autour des musiques électroniques. Une cité éphémère inspirée par la ville invitée, la carte blanche, Berlin. On a donc pris des repères de quartiers berlinois et on les a retranscrits ici, avec toutes leurs ambiances, toutes leurs cultures", nous apprend Laurent. Le lieu, proposé par la mairie du 9e, délicieusement adossé à un commissariat, présente toute de même quelques particularités. "Des bâtiments sans vie ni entretien depuis 3 ans, ça se détériore très rapidement. D'abord tu t'aperçois de l'espace et tu es enthousiaste. Mais au fur et à mesure, tu en subis toutes les contraintes", souligne Antoine. Mais au final, les deux architectes auront accompli leur tâche. Rendre le site "conforme aux souhaits de l'équipe artistique. Confortable et original, pour que le public soit, comme chaque année, surpris par le lieu investi, tout en trouvant des solutions intelligentes aux problèmes techniques". Ce sont donc trois scènes, une esplanade, des bars, un cinéma et quelques boutiques qui devraient prendre vie le temps des trois nuits principales du festival dans des "espaces un peu low-tech, bien trash et défoncés, où tous les éléments high-tech véhiculés par les cultures numériques donneront une double lecture, une vraie valeur ajoutée au site ".

Leur sélection pour cette édition :

Antoine : Anti-Pop Consortium / Dj Krush / Einstürzende Neubauten

Laurent : Prefuse 73 / Underworld / Einstürzende Neubauten

Leur secret pour tenir all night long ?
Antoine : Pas trop de picole pour moi.
Laurent : Moi je tourne à l'énergie drink.

Le lendemain du festival ?
Barbecue de prévue chez Cyrille Bonin.

à lire également
ONL orchestre orgue
 C’est l’ouverture de saison à l’Auditorium et l’occasion pour le public lyonnais de découvrir à l’œuvre le nouveau directeur musical de l’Orchestre national de Lyon (ONL).
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut