Andromaque, did you Saïs ?

Détail amusant : à Lyon, personne ne le connaît.

On ne vous fera pas le coup du "nul n'est prophète en son pays". Mais il y a un peu de ça. A trente-sept ans et après une carrière déjà bien remplie, Jean-Christophe Saïs monte visiblement pour la première fois une œuvre pour le public lyonnais. Plutôt étonnant lorsque l'on sait que le jeune metteur en scène est justement né et à commencer sa carrière - en tant que comédien - ici.

Grand connaisseur de Bernard-Marie Koltès, dont il a adapté avec un retentissant succès national quatre pièces, Jean-Christophe Saïs semble -sur le papier- plus à l'aise avec le répertoire contemporain. On ne peut donc être que curieux lorsqu'il se décide à adapter Andromaque, non pas dans la version de Racine, mais de ce bon vieil Euripide.

C'est que Jean-Christophe Saïs, metteur en scène sans toit ni lieu, possède un sens aigu du challenge, du défi.

Pour cette Andromaque s'annonçant résolument novatrice - qui sera ensuite jouée à Athènes et à Barcelone - Jean-Christope Saïs est allé chercher à Damas, en Syrie, une partie de ces comédiens. Mais également chez les acteurs qui montent sérieusement en France. Comme Mathieu Genet, récompensé en 2004 par le prix Michel Simon, qui consacre de jeunes comédiens remarqués dans des films de l'année écoulée. Mais surtout l'étonnante Valérie Lang, la fille de Jack, révélée dans Electre, de Hofmannsthal ou, plus amusant, sur les listes du Modem.

Pièce visiblement militante, cette Andromaque - jouée en français et en arabe - traite des relations étranges tissées en l'Orient et l'Occident, de cette antinomie, entre attirance et rejet, fascination et incompréhension, qu'incarne Andromaque, princesse en exil, déchirée entre ses origines troyennes et une nouvelle alliance qui ne veut pas d'elle.

MG

Andromaque, du 13 au 16 juin aux Théatres Romains de Fourvière.
6 rue de l'Antiquaille. Lyon 5e. 04 72 32 00 00. www.nuitsdefourviere.com

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut