“L’islam devient un sujet controversé à cause de la pensée salafiste”

Entretien avec Suleiman Mourad, professeur de religion au Smith College, dans le Massachusetts. Dans son dernier livre, La Mosaïque de l’islam (Fayard), il dépeint l’efflorescence des écoles d’exégèse coranique et les controverses auxquelles n’a cessé de donner lieu l’interprétation des textes fondateurs de l’islam. Pour lui, il existe une diversité des croyances dans l’islam, qui est très peu, voire pas du tout, appréciée aujourd’hui. En particulier des salafistes.

Lyon Capitale : Vous écrivez que l'islam n'est pas un mais multiple. Que c'est une mosaïque. Pourtant, les musulmans et les non-musulmans en viennent à croire que le seul islam est le salafisme... Pourquoi la vision fondamentaliste et littéraire de l'islam devient-elle la norme ?

Suleiman Mourad : Au Moyen Âge, l'islam était une religion et une civilisation. Les musulmans avaient alors intérêt à s'engager dans l'islam pour résoudre les problèmes auxquels ils étaient confrontés. Depuis le XIXe siècle, les musulmans ont modernisé leurs sociétés, ce qui a provoqué deux réalités : d'abord, l'islam a été réduit à une religion, et ensuite d'autres alternatives ont été introduites pour aider à résoudre les défis.

Ainsi, dans tous les pays musulmans, les musulmans ont élaboré des constitutions (dont la plupart étaient inspirées par la Constitution française) pour inscrire des idées telles que le genre et l'égalité sociale, la démocratie, les droits de l'homme, etc. Les musulmans, de manière générale, n'étaient pas intéressés pour réformer la charia. Ils ont laissé la religion administrée soit par des bureaucrates religieux insensés et corrompus, soit par des fanatiques bien organisés et politiquement déterminés. Depuis les années 1980, la religion a été ramenée à la conversation, et les puissantes voix qui parlent de l'islam comme religion sont des salafistes parmi les sunnites et une voix militante similaire parmi les chiites.

Si le Coran est un texte révélé, dont les exigences doivent être suivies par les musulmans, alors pourquoi tant d'exigences dans la charia sont-elles en contradiction avec le Coran ?

Quand nous disons que les exigences énoncées dans le Coran doivent être suivies par tous les musulmans, nous imposons une compréhension "protestante" de la religion et le rôle de l'écriture. Le Coran ne dit pas qu'il devrait être suivi contre toutes les autres sources. La majorité des musulmans au fil du temps ont traité le Coran comme l'une des nombreuses révélations, y compris la Bible, le hadith de Muhammad, les enseignements des imams chiites, l'inspiration pour les mystiques et les philosophes, etc. Aujourd'hui, nous répétons l'erreur que l'islam est défini dans le Coran et les musulmans doivent suivre le Coran. Cette incompréhension protestante de l'islam est devenue dominante même parmi beaucoup de musulmans, qui disent qu'ils suivent le Coran mais ne savent pas que la majorité de ce qu'ils font en tant que musulmans ne vient pas de ce texte.

Pourquoi y a-t-il tant d'interprétations de l'islam ?

Il y a beaucoup d'interprétations de l'islam parce que les musulmans ne se sont jamais mis d'accord sur ce qu'est l'islam. Mon livre La Mosaïque de l'islam fait prendre conscience de cette réalité. Il y a une démocratie inhérente et une diversité des croyances dans l'islam, qui est très peu, voire pas du tout, appréciée aujourd'hui.

“Le chaos et la violence dans le monde musulman sont causés par l’intolérance de la diversité au sein de l’islam”

Cela explique-t-il que l'islam devienne un sujet si controversé et cela explique-t-il aussi le chaos dans le monde musulman ?

L'islam devient un sujet controversé en raison de l'ignorance de la diversité parmi les musulmans et de la propagation de la pensée salafiste. D'une part, c'est la cause de l'islamophobie et, d'autre part, cela produit de nombreux cas de violence entre musulmans (comme ce que nous voyons aujourd'hui entre sunnites et chiites ou chez les sunnites eux-mêmes en Syrie, en Irak, au Yémen, Pakistan, Afghanistan, etc.). Ainsi, le chaos et la violence dans le monde musulman d'aujourd'hui sont causés par l'intolérance de la diversité au sein de l'islam.

Quand et comment le wahhabisme a-t-il pris une telle influence et une telle visibilité ?

On peut dire que les années 1970 ont vu la montée de l'appel du wahhabisme dans le monde musulman. Avec l'échec du socialisme à résoudre les problèmes dans les pays musulmans, les wahhabites et les wahhabites inspirés par les salafistes étaient bien organisés et très motivés pour profiter de la situation. La guerre en Afghanistan leur a donné une scène visible pour attirer de nombreux musulmans en colère (rappelons que cela a été fait avec la bénédiction des Etats-Unis et de pays européens qui avaient besoin de ces fous pour lutter contre la propagation du communisme).

D'autres développements ont contribué à la propagation du wahhabisme salafiste, notamment la corruption et les guerres (Bosnie, Tchétchénie, première guerre du Golfe, invasion américaine de l'Irak, etc.). Aujourd'hui, compte tenu de la paranoïa parmi beaucoup de sunnites, le salafisme wahhabite se lance comme un puissant défenseur des sunnites. Nous avons une dynamique similaire entre la société blanche aux États-Unis qui vient de choisir Donald Trump comme prochain président américain (montée du fondamentalisme religieux chrétien et paranoïa croissante).

Vous écrivez que les réformateurs modernes ont déchiqueté le meilleur de l'islam... Pourquoi le monde musulman a-t-il tant de difficultés à entrer dans la modernité ?

Les musulmans sont entrés dans la modernité au XIXe siècle, quand ils ont commencé à mettre en place des institutions (inspirées par le modèle européen) pour moderniser leurs lois et sociétés. Ils ont laissé la charia derrière, comme dépassée et incapable de répondre aux nouveaux défis.

Le problème est que l'Europe et les États-Unis n'ont pas été sérieusement intéressés par la formation d'une véritable démocratie dans le monde musulman. Ils voulaient dominer le monde musulman. Par exemple, la domination coloniale britannique a sapé la démocratie et l'Etat de droit en Egypte, la France a joué un rôle similaire en Algérie avant l'indépendance, les États-Unis ont pris position contre la démocratie et la réforme au Moyen-Orient.

Au cours du dernier demi-siècle, les États-Unis ont autorisé des dictateurs (le Shah en Iran, Moubarak en Égypte et Assad en Syrie, etc.), lesquels ont décimé la société civile et l'Etat de droit (l'Europe n'a pas soulevé d'objection). La démocratie et la modernité ont besoin d'institutions pour s'épanouir.

“Le salafisme est un processus d’autocritique, bien que cette critique soit faite par des fous religieux”

Une autocritique de l'islam est-elle nécessaire ?

L'histoire islamique est pleine de cas d'érudits et de mouvements religieux qui ont questionné et critiqué des aspects de l'islam et la façon dont les musulmans le pratiquent. Donc, oui, il y a un héritage de l'autocritique dans l'islam. Nous devons également nous rendre compte que le salafisme est un processus d'autocritique, bien que cette critique soit faite par des fous religieux. Donc, aucune critique n'est une bonne critique. Néanmoins, il n'y a pas de progrès sans critique.

L'Arabie saoudite est accusée d'exporter l'islam radical sous la forme de l'idéologie wahhabite. La France, en particulier, devrait-elle mettre un terme à sa relation avec l'Arabie saoudite, avec le Qatar ?

Je ne suis pas sûr que la France puisse se permettre de couper ses relations avec l'Arabie saoudite et le Qatar. Si nous commençons à appliquer ce principe, nous finirons par couper nos relations avec la plupart du monde. Cela dit, la France doit faire partie d'une vaste stratégie pour affronter les Saoudiens, les Qataris et d'autres (comme la Turquie, l'Iran, la Syrie) et leur faire clairement comprendre qu'ils doivent cesser de parrainer l'islam radical (l'Iran et le régime d'Assad étaient très intéressés à un moment pour parrainer le djihad sunnite parce qu'ils l'ont utilisé contre les Etats-Unis en Afghanistan et en Irak).

La politique des États-Unis de couper les relations et de poursuivre la punition collective a eu des effets désastreux en Corée du Nord, à Cuba, en Irak, en Iran et maintenant en Russie. Cela a rendu ces régimes plus puissants et leur peuple plus désespéré. Nous pouvons répéter les mêmes erreurs avec les Saoudiens, Qataris, Assad et les Iraniens, ou nous pouvons chercher des moyens plus courageux et plus fermes pour les engager à arrêter leur parrainage de l'islam radical. À mon avis, ce serait plus efficace à long terme.

à lire également
Des personnalités des États-Unis et des Pays-Bas feront le déplacement à Lyon ce soir pour assister à la finale de la Coupe du monde féminine de football aux côtés d'Emmanuel Macron. Michelle Obama pourrait bien être de la partie elle aussi.
1 commentaire
  1. Kasneh - 28 novembre 2016

    Toute religion porte en elle grandeur et décadence.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure


derniers commentaires
Faire défiler vers le haut