Le centre de vaccination de Lyon à Gerland © Antoine Merlet

Variole du singe : 4 nouveaux centres de vaccination vont ouvrir en Auvergne-Rhône-Alpes

En plus des quatre centres déjà ouverts en Auvergne-Rhône-Alpes, dont deux se trouvent à Lyon, l’ARS va ouvrir quatre nouveaux sites de vaccination contre la variole du singe d’ici au 9 août. 

Au 28 juillet, date du dernier bulletin épidémiologique, la France comptait 1 955 cas confirmés et recensés de variole du singe. Selon les chiffres communiqués par Santé publique France, 10% de ces malades se trouvent en Auvergne-Rhône-Alpes, soit 161 cas. Pour faire face à la propagation de l’épidémie, qui a déjà touché 18 000 personnes dans le monde depuis début mai en dehors des zones endémiques en Afrique, la France a ouvert la vaccination aux personnes à risque. 

Deux centres déjà ouverts à Lyon

À savoir, "les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes rapportant des partenaires sexuels multiples : les personnes trans rapportant des partenaires sexuels multiples ; les personnes en situation de prostitution ; les professionnels exerçant dans les lieux de consommation sexuelle", précise l’ARS. À ces personnes s’ajoutent, s’ils le souhaitent, les professionnels de santé  qui pourraient avoir à soigner ou prendre en charge des personnes touchées par la malade. À ce stade 250.000 personnes étaient identifiées comme "à risque", avec aussi "des travailleurs du sexe" et des "soignants", selon le ministre de la Santé.

Dans la région Auvergne Rhône-Alpes, quatre centres sont opérationnels depuis le 18 juillet, à Clermont-Ferrand, Lyon (aux hôpitaux de La Croix-Rousse et Edouard Herriot) et Grenoble. Toutefois jusqu’à présent la prise de rendez-vous se révèle compliquée, tous les créneaux disponibles étant rapidement complets, comme Lyon Capitale a pu le constater en fin de semaine dernière. 

Lire aussi : Variole du singe : où et quand se faire vacciner à Lyon et dans la région ?

La liste des nouveaux centres

Afin de permettre un meilleur maillage du territoire et surtout d’étendre l’offre de vaccination, l’ARS Auvergne-Rhône-Alpes a annoncé ce mardi 2 août l’ouverture de quatre nouveaux centres régionaux d’ici au 9 août :

  • Le 5 août à Moulins au CeGIDD - Centre hospitalier Moulins : 04 70 20 88 00 ;
  • Le 5 août à Saint-Étienne au CeGGID Hôpital Nord, CHU de Saint-Etienne : 04 77 12 07 63 ;
  • Le 8 août à Chambéry au Centre hospitalier Métropole Savoie : 04 79 96 51 31 ;
  • Le 9 août à Valence au CeGIDD - Centre hospitalier : 04 75 75 73 38 / 06 37 11 71 90 ;

Le 27 juillet, le ministre de la Santé, François Braun, assurait que la vaccination allait "augmenter en puissance" grâce au renfort des étudiants en santé, des médecins et des infirmiers retraités qui s’ajoutent à la liste de personnel autorisé à vacciner. Pour l’heure, 42 000 doses de vaccins ont déjà été déstockées et "32 000 sont déjà disponibles, pour 7 000 personnes vaccinées", a précisé le ministre. Si le stock de vaccins de la France n’est pas connu, car classé "secret défense", la variole étant "reconnue comme une arme biologique", il serait "très conséquent" d’après François Braun. 

Lire aussi : Variole du singe : "La vaccination ne va pas assez vite", dénonce l'association Aides

Que faire en cas de symptômes ?

L'ARS (Agence régionale de Santé) indique que la variole du singe se transmet soit "par contact avec la peau, la bouche, le sexe ou l’anus avec les boutons et les croûtes d’une personne malade", soit "par les postillons et les éternuements d’une personne malade". "Une personne malade peut contaminer dès l’apparition des symptômes et jusqu’à la cicatrisation des lésions. Tant qu’il n’y a pas de symptôme, il n’y a pas de risque de transmission", précise l'ARS. Une personne malade doit respecter un isolement pendant toute la durée de la maladie, jusqu'à disparition des dernières croûtes, le plus souvent après 3 semaines.

"En cas d’apparition de symptômes (fièvre et éruption cutanée avec des vésicules), isolez-vous et contactez le SAMU Centre 15 qui vous orientera vers une consultation médicale", explique l'ARS.

Lire aussi : Vers une nouvelle épidémie de variole du singe ? Un médecin infectiologue répond à Lyon Capitale

Laisser un commentaire

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut