Valérie Pécresse à Lyon pour le Plan Campus

Dans les locaux de l'Ecole Normale Supérieure Sciences, elle s'entretiendra avec Roger Fougères (vice-présidente de la Région Rhône-Alpes en charge de l'enseignement supérieur), Michel Mercier (président du Conseil général du Rhône) et Gérard Collomb (maire de Lyon).
Lyon fait partie des six projets sélectionnés par le ministère et bénéficiera d'importantes subventions pour refonder deux de ses campus : La Doua et Charles Meirieux. Pour celui de Bron, il faudra attendre.

Nous republions un article de présentation de l'opération "Lyon Cité Campus".

720 millions d'euros pour les universités lyonnaises

C'est ce que devrait coûter le volet lyonnais du Plan campus lancé par la ministre Valérie Pécresse au printemps dernier. Le chiffrage a été réalisé par le Pôle de recherche et d'enseignement supérieur (PRES) Université de Lyon et a été soumis samedi au ministère de l'enseignement supérieur, lors d'un grand oral rassemblant les 10 projets retenus. 720 millions d'euros, c'est un peu moins que le budget (800 millions) prévu en mai dernier par le PRES. Mais cela reste un énorme. L'Etat devrait financer le projet à hauteur de 590 millions puisque la Région et le Grand Lyon viennent de s'engager sur 130 millions d'euros. Des financements privés interviendront en complément.

Les travaux débuteront mi-2011. 130 000 m2 de nouveaux bâtiments devraient sortir de terre.

Le Plan campus lyonnais va se développer autour de trois axes.
1. La reconstruction de la Doua, rebaptisé LyonTech
Avec le Plan Campus, 300 millions d'euros devraient être injectés dans "la restructuration complète" de ce campus de sciences dures. Certains bâtiments seront rasés, d'autres réhabilités. Le site sera reconstruit autour de cinq "quartiers scientifiques" : chimie et environnement ; mécanique, énergie, transport et habitat ; physique et nanotechnologie ; informatique et communication ; biologie et milieu naturels. L'idée est de profiter de cette restructuration immobilière par "quartiers" pour créer des synergies entre les différentes écoles d'ingénieurs (INSA, CPE, ISTIL), l'université Lyon 1 et les organismes de recherche.
2. La création d'un véritable campus de Gerland au quai Claude Bernard
Au cœur de ce futur nouveau pôle universitaire : le campus Charles Mérieux, à Gerland, qui accueille déjà les Ecoles Normales Supérieures (ENS Lettres et ENS sciences), l'université Lyon 1 et de nombreux laboratoires de recherche. Le futur déménagement de l'Ecole de Management (EM) de Lyon, l'installation du laboratoire INRIA ainsi que des pépinières d'entreprises devraient renforcer les liens avec les entreprises (Sanofi,...) très présentes dans le quartier. Il reste surtout à créer une véritable vie de campus, de Gerland au quai Claude Bernard (inclus dans le projet). Les vieux bâtiments de Lyon 2 et Lyon 3 sur les quais devraient être réhabilités, des équipements sportifs et de vie étudiante (restaurants, résidences, commerces) seront créés, notamment en bordure de l'avenue Jean Jaurès (site Nexans Girondins).
3. Accueillir des étrangers "hauts de gamme"
Pour attirer davantage les profs et chercheurs de premier plan, des "faculty club", sortes de maison d'hôtes de luxe (que l'on retrouve dans les campus américains) seront créées. L'objectif est d'installer un "faculty club" par site sélectionné.

à lire également
Les chercheurs lyonnais Vance Bergeron et et de Grenoble Orphée Cugat sont lauréats de la médaille de l'innovation 2019 du CNRS. Ils recevront cette récompense lors d'une cérémonie le 12 décembre à Paris.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut