Un nouveau squat de Roms expulsé à Villeurbanne

Les forces de l’ordre ont procédé, jeudi matin, à l’expulsion d’un squat situé non loin du quartier de Cusset à Villeurbanne. Un de plus.

“Il était environ 9 heures, jeudi, quand les policiers sont venus nous dire de partir”. Rencontré aux abords du 91, rue Léon Blum à Villeurbanne, Valentin C., raconte que treize familles Roms de Roumanie vivaient ici depuis le mois de décembre dans une maison habitée sur deux étages. Toujours selon la même personne, le squat comptait environ 70 personnes dont la majorité était des enfants de moins de 15 ans.
L’évacuation, fixée depuis deux mois par le tribunal de Villeurbanne, s’est effectuée dans le calme. Mais surpris par l’arrivée inattendue des forces de police, la plupart de ces grands précaires n’a pu récupérer le gros de leurs affaires personnelles. L’accès au lieu a en effet été immédiatement interdit après l’expulsion. Les deux entrées principales et les fenêtres ont été ensuite fermées par la pose rapide de briques.

Interrogés sur ce départ forcé, de nombreux riverains, déplorant notamment du “bruit” et “un manque d’hygiène permanent”, semblaient soulagés de les voir partir. “Ces sans-abri avaient certes un toit mais ils n’étaient vraiment pas très propres et respectueux du voisinage”, confie une riveraine qui déplorait surtout les “tas d’ordures” qui étaient entreposés à l’extérieur du squat. Tandis que d’autres, pour tenter de justifier leur opinion, tenaient des propos discriminatoire à l’égard de ces Roms : “ce sont des gens que l’on ne peut pas intégrer” a pesté un tiers.

Ces Roms originaires de la région de Bihor, située dans le Nord-Ouest de la Roumanie, sont partis rejoindre d’autres indésirables pour aller grossir des bidonvilles déjà existant dans l’agglomération lyonnaise dont deux dans les environs de Saint-Priest et de Parilly. Aucune solution de relogement ne leur a été proposée. Cette maison occupée illégalement depuis sept mois devrait être détruite d’ici à la fin de la période estivale pour construire des logements sociaux.

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut