Gare SNCF TER Lyon TGV

Transports : Bernard veut aller beaucoup plus vite pour le RER à la lyonnaise, il écrit à Wauquiez

Attendu depuis des années, le fameux RER à la lyonnaise tarde à voir le jour. Le président de la Métropole de Lyon et du Sytral, Bruno Bernard, a écrit au président de la région, Laurent Wauquiez, pour que les deux collectivités avancent beaucoup plus vite, ensemble, sur ce dossier. Et qu'elles dépassent "les étiquettes politiques".

Très attendu, notamment par les habitants, le RER à la la lyonnaise n'a toujours pas vu le jour. Le dossier tarde car il dépend notamment de plusieurs autorités organisatrices différentes. Pour faire simple, pour que le dossier aille plus vite, il faut que la Métropole de Lyon et la région Auvergne-Rhône-Alpes se mettent autour d'une table. Et se mettent d'accord.

Dans l'ouest lyonnais, le développement de lignes de tram-train est notamment très attendu par les habitants. Mais toujours peu d'avancée significative ces dernières semaines entre la Métropole de Lyon, dirigée par les écologistes depuis juillet 2020 et la région Auvergne-Rhône-Alpes, dirigée par les Républicains et Laurent Wauquiez.

Une tarification commune pour les TCL et les TER ?

Bruno Bernard, le président de la Métropole de Lyon, qui est aussi le président du Sytral, a écrit ce jeudi 24 mars à Laurent Wauquiez. Pour accélérer les discussions. Pour aller plus vite. "L'attractivité de nos réseaux pourrait être considérablement renforcée par une intégration tarifaire plus poussée", écrit Bruno Bernard, dans un courrier que nous avons pu consulter. "Celle-ci (la tarification) peut être mise en oeuvre en deux étapes. Une première étape serait d'intégrer l'offre TER dans les abonnements et les titres occasionnels. La seconde serait l'introduction d'une tarification zonale".

Bernard veut permettre "l'émergence d'un RER à la lyonnaise"

Outre la tarification, la Métropole de Lyon propose à la région d'accélérer le dialogue "pour imaginer de nouvelles formes de collaboration permettant l'émergence d'un RER à la lyonnaise".

La Métropole souhaite ainsi expliciter plusieurs propositions, comme une ligne de RER entre Vienne et Villefranche-sur-Saône, via les Pays de l'Ozon, les gares de Jean-Macé, de Perrache, de Vaise, le Val de Saône et le Beaujolais, ou encore une double ligne Saint-Etienne-Givors-Perrache et Condrieu-Givors-Perrache, via la Vallée du Rhône et la Vallée du Gier.

Enfin, la Métropole de Lyon souhaite aussi le développement des "trois lignes de tram-train de l'ouest lyonnais". Un développement qui "nécessite de lourds investissements : doublement du tronc commun, mise au gabarit tram-train de Tassin-Lozanne, prolongations Brignais-Givors et Sain Bel-Vallée de la Brévenne", souligne la Métropole.

Le train-train de l'ouest lyonnais très attendu par les habitants

Pour développer efficacement ces lignes de tram-train de l'ouest lyonnais, Bruno Bernard explique que deux options sont possibles : soit la Région en conserve la gestion et la Métropole de Lyon participe aux investissements, soit la Région transfère la gestion au Sytral et la Région participe aux investissements. Objectif, un passage au 1/4 d'heure sur les trois lignes. "Un tel objectif de niveau de service permettrait de passer de 144 trains et 28 cars par jour actuellement à 330 trains par jour", avance le président de la Métropole de Lyon dans son courrier au président de la région.

Bernard appelle Wauquiez à ce que les deux hommes discutent ensemble, dépassent "les étiquettes politiques". "Il est de notre responsabilité commune de les mettre en oeuvre (les projets). "Les services de la Métropole de Lyon et du Sytral sont à la disposition de ceux de la région pour organiser rapidement une première rencontre avec les parties prenantes, et définir un calendrier de travail conjoint", conclut Bruno Bernard, le président de la Métropole de Lyon et du Sytral, dans son courrier.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut