Fabienne Grébert accompagnée des militants EELV et Génération.s, notamment la section locale de Jeunes Génération.s.

Régionales à Lyon : Fabienne Grébert fait un appel du pied à la jeunesse

Lundi 14 juin, Fabienne Grébert est allée à la rencontre de la jeunesse étudiante lyonnaise. L'occasion de détailler les aspects de son programme dédiés aux jeunes, notamment la mise en place d'un revenu d'autonomie dédié aux 18-25 ans.

Lundi après-midi, une cinquantaine de militants EELV et Génération.s se pressent dans la petite salle de la brasserie "Les Fac's", près de l'Université Lyon 2 sur les quais. Ils attendent Fabienne Grébert, tête de liste aux régionales. Parmi eux, une quinzaine de jeunes, majoritairement issus de Jeunes Génération.s. Ils s'affairent depuis le début de l'après-midi pour préparer la conférence de presse sur le thème de la jeunesse et l'arrivée de la candidate.

Plus tôt dans la matinée, elle s'était rendue devant le restaurant et la résidence universitaires de Lyon 2, pour échanger avec les étudiants, peu nombreux à cause de la fin de l'année universitaire. L'occasion de les inciter à aller voter et de dérouler son programme à destination de la jeunesse. La candidate a aussi tiré à boulets rouges sur son adversaire, actuel président de région, Laurent Wauquiez (LR).

Lutte contre la précarité et aide à l'orientation

Mesure phare du programme de l'écologiste Fabienne Grébert pour les jeunes : l'instauration d'un revenu d'autonomie d'environ 400 euros pour les jeunes de 18 à 25 ans vivant sous le seuil de pauvreté. Une mesure que la candidate chiffre sans plus de précisions à "plusieurs dizaines de milliers d'euros". Elle promet également la gratuité du TER pour les moins de 25 ans en situation de précarité. Est également prévue la création d'un fond de 1,5 millions d'euros pour prendre en charge les loyers impayés des étudiants, durement touchés par la crise sanitaire avec la perte des emplois étudiants et la solitude.


"Il faut donner confiance aux jeunes, les former sur les métiers où il manque du monde (petite enfance, artisanat, hôtellerie-restauration...etc) et les aider financièrement dans leurs déménagements et leur mobilité", Fabienne Grébert, candidate EELV et Génération.s aux régionales.


Côté emploi et formation, l'écologiste souhaite créer une plateforme numérique pour les lycéens et étudiants souhaitant trouver un emploi. Dans son programme pour la jeunesse, une large place est donnée aux étudiants, mais les jeunes éloignés de l'emploi et des études sont peu évoqués. Interrogée à ce sujet, elle assure que "la région est un vrai levier pour la formation professionnelle". Pour elle, "il faut donner confiance aux jeunes, les former sur les métiers où il manque du monde (petite enfance, artisanat, hôtellerie-restauration...etc) et les aider financièrement dans leurs déménagements et leur mobilité". Elle évoque 60 millions de budget en plus par an sur la formation professionnelle.

Un appel au vote de la jeunesse

"J'ai déjà tenu des bureaux de vote et j'ai toujours froid dans le dos quand je regarde les registres et qu'à 16 heures je vois que très peu de 1990 ou 2000 ont voté. Je vous demande de parler à vos copains et de les convaincre d'aller voter pour leurs idées et contre les idées de l'extrême-droite", enjoint Fabienne Grébert, en s'adressant aux jeunes militants dans la salle.


"Notre programme est le plus adapté pour les jeunes car dès le début ça a été une priorité, on l'a co-construit. Il faut inclure les jeunes dans les programmes et ne pas s'adresser qu'à eux de manière électorale", Nesrine Mechka, représentante locale de Jeunes Génération.s et élue d'opposition à Bron.


"Les jeunes sont déçus par les politiques. Ils ont l'impression que leur bulletin de vote ne sert à rien", regrette Nesrine Mechka, représentante locale de Jeunes Génération.s et élue d'opposition à Bron. Elle affirme cependant que les idées écologistes sont bien reçus par la jeunesse. "Il y a beaucoup d'engouement pour le parti des Verts, on est globalement bien reçu", estime-t-elle, d'après son expérience du terrain. "Notre programme est le plus adapté pour les jeunes car dès le début ça a été une priorité, on l'a co-construit. Il faut inclure les jeunes dans les programmes et ne pas s'adresser qu'à eux de manière électorale", affirme la militante.

Laurent Wauquiez, le candidat à abattre

La conférence de presse en compagnie des jeunes militants a aussi été l'occasion de torpiller son adversaire à droite, Laurent Wauquiez, actuellement président de région. Pour rester dans le thème de la jeunesse et de l'insertion professionnelle, elle évoque les coupes de budget dans la formation professionnelle durant le mandat révélées par Médiacités : moins 117,8 millions d'euros entre 2015 et 2020.

Jusqu'ici son ton était posé. Il s'anime lorsqu'elle évoque les thèmes de campagne de Laurent Wauquiez, agacée. "Où Laurent Wauquiez va-t-il prendre les 300 millions qu'il promet pour la sécurité ? Il n'y a pas d'argent magique. Laurent Wauquiez n'aura pas les moyens d'appliquer son programme. C'est un programme fake news !", assène l'écologiste. Selon elle, le président LR de la région se fait le "porte-voix de l'extrême droite", en ne parlant que de sécurité, qui n'est pas une compétence de la région.

La candidate se veut seule à gauche capable de battre Laurent Wauquiez et lui succéder à la région. Dans un sondage publié le 14 juin elle est créditée de 11 % des intentions de vote. Elle aura donc sûrement besoin d'une alliance entre les trois listes de gauche au second tour pour espérer doubler Laurent Wauquiez, alliance qui n'est pas encore faite...

Lire aussi : Régionales à Lyon : Laurent Wauquiez promet de doubler le budget sécurité

Régionales à Lyon : pour Fabienne Grébert (EELV), "Laurent Wauquiez est ringard"

Régionales à Lyon : ce qu’il faut retenir du (seul) débat entre les candidats

 

 

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut