Police Nationale à Lyon @Hugo LAUBEPIN
Police Nationale à Lyon @Hugo LAUBEPIN

Promu à Lyon, le commissaire Chassaing jugé cette semaine pour homicide involontaire

Le procès du commissaire Grégoire Chassaing, promu à la tête de la circonscription de sécurité publique lyonnaise, s'est ouvert ce lundi matin à Rennes. Il est jugé pour homicide involontaire après la mort de Steve Maia Caniço, jeune homme noyé à Nantes durant la Fête de la musique après une opération de police controversée.

Le commissaire Chassaing est la seule personne à être jugée cette semaine à Rennes pour homicide involontaire. Grégoire Chassaing, récemment muté comme chef de circonscription à Lyon, dirigeait l'opération de police controversée durant la Fête de la musique au cours de laquelle Steve Maia Caniço est mort noyé à Nantes en 2019.

A lire aussi : Jugé cet été pour homicide involontaire, le commissaire Chassaing promu à Lyon

Les autres personnes ou personnes morales qui avaient été mises en examen ou placées sous le statut de témoin assisté dans cette affaire, dont le préfet Claude d'Harcourt ou la maire socialiste de Nantes Johanna Rolland, ont toutes bénéficié d'un non-lieu.

Lors de la Fête de la musique du 21 au 22 juin 2019, des sound systems diffusaient de la musique quai Wilson en bord de Loire, pratique tolérée jusqu'à 4H00 du matin.

Le commissaire encourt une peine de trois ans d'emprisonnement

"Peu après cette heure, les effectifs de la police nationale intervenaient pour solliciter l'arrêt de la diffusion de la musique, qui était refusé par les organisateurs d'un mur de son", indique le dossier de presse. Après une intervention de la police, plusieurs personnes étaient tombées dans la Loire, depuis le quai. Plusieurs semaines après les faits, le corps flottant de Steve Maia Caniço avait été retrouvé.

L'enquête permettait de déterminer que la chute de Steve avait eu lieu à un endroit du quai sans barrière à 4H33 et 14 secondes, soit deux minutes après les premiers tirs par les forces de l'ordre.

Jugé au tribunal correctionnel de Rennes, le procès du commissaire Chassaing doit durer cinq jours. Le commissaire lyonnais encourt une peine de trois ans d'emprisonnement et 45 000 euros d'amende.

Laisser un commentaire

Suivez-nous
tiktok
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut