Crous Lyon. Image Google Maps.

Précarité étudiante : l’Unef dénonce le “désengagement” du Crous de Lyon

Le syndicat étudiant critique un manquement du Crous à ses “missions premières”, dans un contexte où le coût de la vie étudiante a augmenté de 6,47% en 2022.

Dans un communiqué du 20 septembre, l'Union nationale des étudiants de France critique les restrictions budgétaires subies par le Crous et leur retentissement sur les étudiants, à l'heure où “de plus en plus d'étudiants sautent des repas” du fait d’une “augmentation drastique des prix de l'alimentation”, laquelle est le “2e poste de dépense dans un budget étudiant”.

À l'origine de ces hausses, “la fin de la gratuité des contenants en cartons et des couverts dans les caféterias”, mesure entrée en vigueur le 19 septembre qui engendre une augmentation des prix – le gobelet est désormais facturé 0,50€ et les couverts et le sac 0,60€...  “Ce n’est pas aux étudiant·e·s de payer le prix fort sur les contenants et les couverts en restauration au prétexte d’une démarche écologique quand certaines résidences du CROUS sont toujours de véritables passoires énergétiques” assène le syndicat.

Moyens insuffisants et mal répartis

Est également pointée du doigt la fermeture d'une caféteria du Crous, sur le campus de Bron à l'Université de Lyon 2, et la suppression de postes dans les cafétérias qui rendent selon le syndicat les heures de pointe intenables pour les agents comme pour les étudiants.

L'Unef réclame par conséquent “l'arrêt de toutes les augmentations tarifaires dans les cafétérias du Crous” et exige la gratuité des contenants en cartons, la mise en place de contenants réutilisables, l'augmentation et la meilleure répartition des moyens, ainsi que la réouverture de la cafétéria fermée.

 

Laisser un commentaire

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut