Collomb
©Mathilde Régis

Police - Conditions de travail : Collomb veut être jugé dans deux ans

Alors qu’un concours de photos a été lancé par l’UNPI, une association de policiers, pour dénoncer la dégradation de leur matériel de travail, Gérard Collomb a demandé à être jugé sur “ses actes” d’ici à “deux ans”, concédant cependant que certaines installations étaient “très dégradées”.

Fin août, l'UPNI, une association de policiers, a lancé un concours de photos pour alerter la population sur la vétusté du matériel mis à disposition des forces de l'ordre. Et force est de constater que tout ne va pas pour le mieux dans les commissariats français. En réaction aux photos publiées, Gérard Collomb, le ministre de l'Intérieur, a déclaré lors d'un déplacement à Beauvais : "Il y a toutes les réalités aujourd'hui en France : à la fois des installations qui sont magnifiques et d'autres qui sont très dégradées."

Au vu des photos, la ville de Lyon n'est pas épargnée. Véhicules en panne, locaux insalubres, bâtiments délabrés, l'UNPI considère même l'état de certains équipements comme "catastrophique". "À l'hôtel de police, par exemple, les fenêtres ne ferment pas. Pour éviter que les gardés à vue puissent s'échapper, on a dû attacher les montants avec des petites chaînettes, déplore ainsi Mario. À Saint-Priest, les stores tiennent avec un pied de biche. À Chassieu, le cantonnement CRS 45 est délabré, les murs suintent et le crépi s'écroule." Contactée à plusieurs reprises, la DDSP du Rhône n'a pas donné de réponse.

De son côté, Gérard Collomb demande à être jugé sur ses actes : "Il y a trois mois que je suis là. En trois mois, je n'ai pas repeint de mes petites mains tous les commissariats de toute la France." Le ministre de l’Intérieur a donné une échéance pour évaluer son travail : "Dans deux ans peut-être, ils pourront dire si c'est toujours aussi vétuste ou bien si les choses se sont améliorées. Je parie qu'ils diront à ce moment-là que les choses se sont améliorées." Rendez-vous est donc donné avec les policiers qui avaient lancé ce concours de photos pour "interpeller la hiérarchie et l'opinion publique sur ces problèmes".

à lire également
Vendredi 21 février, le conseil du Sytral vote pour la résiliation du contrat Rhônexpress. Le président de la métropole de Lyon, David Kimelfeld, exulte. Après plus d'une heure de débats et de doutes, il sait qu'il aura les douze voix requises pour faire passer cette mesure sans possible retour en arrière. Lors du vote final, il lève les deux bras faisant le V de la victoire. À côté de lui, Gérard Collomb croise les bras. La mine sombre, il est KO. Son ancien dauphin, devenu dissident, vient de porter un coup à sa conception du modèle lyonnais.
1 commentaire
  1. Robes Pierre - 1 septembre 2017

    dans deux ans , s'il est toujours ministre!

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut