rue de la République piétons piétonne
Plusieurs rues de Lyon vont être piétonnisées le samedi 18 septembre. (© Tim Douet)

Lyon : la sécurisation de la rue de la République bientôt renforcée

Face au constat d’un manque de sécurisation des zones piétonnières en Presqu’île, la métropole de Lyon envisage la mise en place d’un nouveau dispositif destiné à empêcher les attaques au camion-bélier.

Peu de temps après les attentats de Barcelone, Lyon Capitale constatait qu'aucun dispositif n'empêchait l'accès à la rue de la République, notamment pour une voiture-bélier. Quelques jours plus tard, la mairie nous répond et le ton a changé. Consciente de l’omniprésence d’un risque d’attentat, la Ville de Lyon est "extrêmement attentive aux questions de sécurité", nous assure Jean-Yves Sécheresse, l'adjoint au maire chargé de la sécurité. Plusieurs sites sont d’ailleurs sécurisés. C’est le cas des berges du Rhône, dont la sécurité a été revue cet été, ainsi que de la halle Tony-Garnier, dont le pourtour devrait être jalonné de blocs de béton. En revanche, des artères comme la rue de la République ou la rue Victor-Hugo gagneraient à voir leur sécurité renforcée. Ces zones piétonnières hautement fréquentées posent "véritablement problème puisque l’on ne peut bloquer leur accès". Un casse-tête que la métropole tente tant bien que mal de résoudre.

Des blocs de béton en guise de ralentisseurs

Il semblerait qu’une solution provisoire ait été trouvée ce lundi : "Nous envisageons de “séquencer” la rue Victor-Hugo par des plots en béton", nous a confié Jean-Yves Sécheresse. En quoi ces plots diffèrent-ils des bornes et autres blocs de béton que l’on peut déjà apercevoir à d’autres endroits ? "Il s’agit de plots qui, en étant savamment décalés, obligeront les véhicules à ralentir lorsqu’ils voudront s’engager dans la rue", répond l’adjoint au maire. Le même système devrait être adopté pour la rue de la République. Concernant les rues adjacentes, "il s’agirait d’empêcher les véhicules de tourner en les contraignant à aller tout droit". Bien qu’il s’agisse pour le moment d’une solution temporaire, la Ville espère "trouver du provisoire qui puisse durer".

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut