Piétonisation à Lyon : le projet d'apaisement "très fort" de la Presqu'île va commencer en 2022

Valentin Lungenstrass, adjoint au maire de Lyon en charge des mobilités et des espaces publics, a confirmé mercredi sur la plateau de 6 minutes chrono, la quotidienne de Lyon Capitale, que la piétonisation de Lyon va s'accélérer.

La Métropole de Lyon et la ville de Lyon ont lancé une grande concertation, jusqu'au 30 décembre, sur le réaménagement de la rive droite du Rhône, un espace de 2,5km complètement occupé par les voitures. "A des endroits, on a 10 voies, voir parfois 14 voies (avec les espaces de stationnement) dédiées à la voiture, c'est une autoroute urbaine, un espace complètement sacrifié à la voiture", explique Valentin Lungenstrass, adjoint au maire de Lyon en charge des mobilités et des espaces publics.

"On a lancé une concertation pour définir collectivement ce qu'on veut pour cet espace-là, pour ce grand projet de requalification de 2,5km L'objectif, c'est de retrouver l'espace public, de pouvoir se réapproprier cet espace public en faveur des habitants, de recréer un lien avec le Rhône", martèle l'adjoint au maire de Lyon

"Sur la Presqu'île, on peut aller vers un apaisement très fort"

En parallèle, la ville de Lyon souhaite avancer, assez vite, sur l'apaisement et de la piétonisation de la Presqu'île. "Le projet d'apaisement de la Presqu'île pourra commencer en 2022", poursuit Valentin Lungenstrass, qui avait plus longuement évoqué le sujet de la piétonisation de Lyon pour Lyon Capitale au mois d'octobre.

"Sur la Presqu'île, on peut aller vers un apaisement très fort. Il faut juste trouver un équilibre entre accès riverains/liveurs etc et secteur piéton. Ca sera soumis à la concertation, et ça sera très largement discuté à la concertation, il y a aura un mixte de ce que l'on appelle dans les villes italiennes "zone à trafic limité" - ce que Paris souhaite mettre en place dans son centre - c'est à dire un accès autorisé pour les riverains, les livreurs, les infirmiers (infirmières) etc... et pour tout le reste ça sera non", ajoutait Valentin Lungenstrass.

Lire aussi : Une partie du cours Charlemagne piétonnisée : Quid désormais du reste de la Presqu'île, et à Lyon ? Décryptage

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut