Bruno Bernard
Bruno Bernard (EELV), président de la Métropole de Lyon, Anne Grosperrin (EELV), vice présidente de la Métropole de Lyon déléguée au cycle de l’eau et Christophe Lime, président de France Eau Publique

Nouvelle régie de l'eau : seulement 18% des usagers ont validé leurs coordonnées bancaires

Au 1er janvier 2023, l'eau qui coule dans les robinets des Lyonnais sera gérée par la régie publique de la Métropole de Lyon. Si concrètement rien ne change pour les usagers, ils doivent cependant valider le transfert de leurs coordonnées bancaires entre Eau du Grand Lyon et la nouvelle régie. Explications.

Changement pour l'eau des Lyonnais. En apparence, rien ne change, mais la gestion de l'eau du Grand Lyon, gérée par l'entreprise privée Véolia depuis 1986, passera en régie publique au 1er janvier 2023. Si la Métropole de Lyon a fait le choix de prendre le contrôle de la gestion de l'eau, c'est bien dans l'optique de "l'intérêt général", expliquait Anne Grosperrin (EELV), vice-présidente de la Métropole de Lyon déléguée au cycle de l'eau. Le passage de l'eau en régie publique nécessite de reprendre la maîtrise technique du service public de l'eau. Une réforme que les élus écologistes motivent aussi par les sécheresses de plus en plus fréquentes et les pénuries dont a été frappée l'agglomération lyonnaise, notamment l'été dernier.


"Au 25 octobre, seulement 45 000 sur les 250 000 usagers ont répondu au mail"


Aucun changement tarifaire pour l'usager

Le changement de gestionnaire n'impactera pas directement les usagers, puisque le tarif reste le même que celui de l'eau du Grand Lyon. Bruno Bernard (EELV), le président du Grand Lyon, insiste : "nous ne recherchons pas à augmenter les prix de l'eau, ce n'est pas l'objet tarifaire qui justifie notre démarche". La marge de bénéfice de l'entreprise privée Eau du Grand Lyon s'établissait à 6 %. Autant d'argent que la Métropole compte réinvestir dans ses projets sur l'eau : "mieux réinvestir le réseau, mais pas pour réduire la facture" insiste le président écologiste de la Métropole de Lyon.

D'ici la fin de l'année, l'usager devrait recevoir un mail de la Métropole de Lyon pour que ce dernier "autorise" le transfert de ses coordonnées bancaires depuis Eau du Grand Lyon vers la nouvelle régie publique. Au 25 octobre, seulement 45 000 sur les 250 000 usagers ont répondu au mail, soit 18 % des usagers. Si ce n'est pas encore fait, des mails de relance s'enverront automatiquement à destination des usagers.

Pour ce faire, la Métropole de Lyon a choisi de s'associer avec France Eau Publique, le réseau qui réunit les opérateurs publics et les collectivités organisatrices de services d’eau et d’assainissement en gestion publique. En plus d'accompagner la Métropole de Lyon dans sa nouvelle démarche, France Eau Publique se positionne comme un interlocuteur entre l'expertise technique des entreprises privées et les décisions des collectivités.

Les divers investissements pour une meilleure qualité de l'eau

Décrit comme un "bien commun", le but recherché est avant tout d'investir dans les réseaux de l'eau afin de garantir une eau de meilleure qualité aux Lyonnais. "Grâce à ce passage du service de l'eau potable en régie publique, on réduira le gaspillage et on pourra réaliser des investissements sur les réseaux, les usines. Il y aura également tout un travail de protection des captages en zone urbaine, en plus d'avoir un droit de préemption en zone agricole pour pouvoir mettre une protection des captages", poursuit Anne Grosperrin.

A titre d'exemple, "la ville de Nice a multiplié par deux les investissements en eau en passant d'une entreprise privée à une régie publique", déclarait Bruno Bernard. La Métropole de Lyon espère faire de même.


"350 salariés de Véolia vont intégrer la régie publique", Anne Grosperrin, vice-présidente à la Métropole de Lyon déléguée au cycle de l'eau.


La nouvelle régie comptera 350 salariés dont tous les anciens employés de Véolia, en plus des agents métropolitains. La Métropole réserve également quatre places dans le conseil d'administration à des personnes qui représenteront les usagers d'eau potable. Ces derniers travailleront en collaboration avec la Métropole de Lyon sur des questions de ressources et d’exploitation durable.

Voir aussi la vidéo 6 minutes Chrono d'Anne Grosperrin sur le passage de l'eau en régie publique.

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut