Le maire de Villeurbanne, entouré des ses adjoints, a présenté ce mercredi à Lyon le budget 2023 de sa ville. (Photo Hadrien Jame)

Malgré la crise, Villeurbanne poursuit ses investissements avec un budget 2023 record

Face à l’inflation et la crise de l’énergie, la Ville de Villeurbanne a présenté mercredi 14 décembre un budget en hausse de 30 millions d’euros pour 2023. Malgré la crise, le "niveau d’investissement devrait être record" grâce à une enveloppe de 90 millions d’euros, sans pour autant toucher aux impôts locaux. 

"Depuis trois ans j’espère pouvoir présenter un budget dans un contexte serein, ce n’est toujours pas le cas", regrettait mercredi 14 décembre, le maire de Villeurbanne, Cédric Van Styvendael, au moment de présenter le budget 2023 de la 2e plus grande ville de la Métropole de Lyon. Depuis son arrivée à l’hôtel de ville, à l’instar des autres édiles du territoire, l’élu socialiste a du composer avec le Covid, les dépenses liées à l’année de Capitale française de la culture et désormais aux conséquences de la guerre en Ukraine. 


"Ces investissements vont porter sur de nouveaux bâtiments, des espaces publics et des équipements municipaux", Cédric Van Styvendael, maire de Villeurbanne


"Avant même que l’on fasse des choix politiques, on démarre l’année avec plus de 5,5 millions de dépenses complémentaires qui s’imposent à notre collectivité", déplore Jonathan Bocquet, l’adjoint aux finances. À Villeurbanne, l’inflation pèsera pour plus de 2,5 millions d’euros en 2023, avec "1,9 million d’euros rien que sur l’évolution du prix des fluides, et ce malgré notre objectif de sobriété qui ne suffit pas à réduire cet impact sur nos dépenses", précise l’élu. 

Pas d'augmentation d'impôts

Pour autant, Cédric Van Styvendael et ses équipes ont dévoilé un budget 2023 primitif estimé à 247 593 270 euros, soit en hausse de 30 millions d’euros par rapport à 2022. Un budget qui comprend surtout un investissement record de près de 90 millions d’euros, dont 76 millions d‘euros sur les infrastructures, malgré la crise. "Même si le contexte a un impact très fort sur notre budget, nous n’avons pas du choisir comme d’autres collectivités entre augmenter les impôts pour réduire la voilure de notre plan mandat", se félicite l’adjoint aux finances. 


"Nous n’avons pas du choisir comme d’autres collectivités entre augmenter les impôts pour réduire la voilure de notre plan mandat", Jonathan Bocquet, adjoint aux finances de Villeurbanne


Cela grâce à "une situation financière extrêmement saine" assure l’adjoint, qui charge toutefois l’État, "c’est compliqué de construire un budget quand le gouvernement et le parlement font durer jusqu’à la fin de l’année les incertitudes sur ce à quoi on doit pouvoir avoir le droit en termes de dotation", notamment en ce qui concerne les coûts de l’énergie. Comme précisé plus haut, le vote de ce budget record se fera sans hausse des impôts, mais en augmentant la dette de la ville. 

Lire aussi : Villeurbanne : le quartier des Brosses va devenir un "territoire zéro chômeur de longue durée"

Au détriment du titre de ville la mieux gérer de France dont pouvait se targuer Villeurbanne jusqu’à présent. Ce que n’a manqué de souligner le maire, pour mieux appuyer sur le fait que "ce n’est pas un objectif" en soi, "car si pour cela il faut réduire nos investissements, ne pas accompagner nos agents, réduire la qualité du cadre de travail ce n’est pas la direction que l’on prend", précise l’élu socialiste. En cette fin d’année, le poids de la dette par habitant devrait donc passer de 293 euros à 365 euros, soit de 44,43 millions d’euros en 2021 à 56,03 millions d’euros. Selon Jonathan Bocquet la capacité de désendettement de la ville de 150 000 habitants reste néanmoins "5 à 6 fois inférieure" à celle des villes de même taille. En 2023 l’emprunt de Villeurbanne devrait représenter 61 millions d’euros.

Éducation, sécurité, urbanisme...

Plusieurs grands projets portés par la municipalité devraient voir le jour ou être lancés en 2023. Le groupe scolaire Simone-Veil financé à hauteur de 6,3 millions d’euros devrait ouvrir ses portes en septembre 2023 et plusieurs terrains fonciers devraient notamment être achetés par la mairie pour construire un nouveau groupe scolaire au sien de la Zac de Grandclément, pour 700 000 euros. Sur le plan éducatif, qui représente la plus grosse ligne de la PPI de Villeurbanne, 2023 verra également le lancement des travaux d’un pôle "Cinéma-Jeunesse" à Gratte-Ciel, moyennant un investissement de 2,6 millions d’euros. 

Sujet cher à Cédric Van-Styvendael, la sécurité bénéficiera aussi d’investissements de la part de la ville avec la création de 7 nouveaux postes de policiers municipaux pour porter à 66 le nombre d’agents. Restera ensuite à recruter lesdits agents, car aujourd’hui seulement 48 postes sont pourvus. 355 000 euros seront également investis sur la vidéo-protection dans les secteurs de la rue du 4-Août et de la rue Léon-Blum. 

Enfin sur le plan urbanistique, de grands projets devraient évoluer l’année prochaine. C’est le cas notamment de la Zac Gratte-Ciel centre-ville, du projet urbain partenarial ACI, qui prévoit la création d’un parc public de 2 hectares et la construction d’équipements scolaire sur un espace de 41 500 m2, ou encore de la Zac Grandclément.

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut