Les victimes du prêtre Louis Ribes, dans les diocèses de Lyon, Saint-Etienne et Grenoble
Les victimes du prêtre Louis Ribes, dans les diocèses de Lyon, Saint-Etienne et Grenoble

Lyon : une nouvelle association de défense des victimes d'abus sexuels dans l'église

Une nouvelle association nationale, née à Lyon, a été créée pour recueillir la parole des victimes d'agressions sexuelles dans l'Église.

Les victimes du père Ribes rejointes par d'autres ont créé une association nationale de défense des victimes abusées sexuellement dans l'Église. Celle-ci se nomme "Association des abusés sexuels dans l'Église, Tous ensemble". Cette association est notamment née à la suite d'une conférence tenue par certains membres du collectif au club de la presse de Lyon. À travers cette création, l'association souhaite regrouper toutes les victimes d'infractions sexuelles au sein de l’Eglise "qu'elles quelles soient". L'association communiquera par plusieurs biais : une page Facebook mais aussi un compte Twitter. "Sur ce dernier, il y a des réactions très fortes venant de nombreux pays. Les langues se délient de partout !", rapporte un communiqué.

Des propositions indécentes

Samedi 11 juin dernier à Saint-Martin-en-Haut (Rhône), le collectif a tenu une réunion publique en présence d'un ancien magistrat, d'une psychiatre-clinicienne, de représentants laïcs du diocèse, de victimes et de l'avocat Jean Sannier. À cette occasion, la grille de dédommagement des victimes d'agressions sexuelles dans l'Église établie par l'Instance nationale indépendante de reconnaissance et de réparation (Inirr) et la commission reconnaissance et réparation (CRR) a été abordée. "L'association estime que leurs propositions sont indécentes et que leur méthodologie ne convient pas : nous réclamons des expertises indépendantes". Les membres dénoncent aussi l'inaction de l'État en la matière.

Contact association : victimeseglise@outlook.fr.

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut