Lyon : une enquête ouverte suite au glyphosate retrouvé dans le miel

Après avoir découvert du glyphosate dans leur miel, des apiculteurs ont porté plainte début juin contre Bayer. Le parquet de Lyon a ouvert une enquête préliminaire pour “administration de substances nuisibles”.

Nous, on se bat pour avoir un miel propre et on retrouve du glyphosate dedans, déplore Jean-Marie Camus, apiculteur amateur et président du syndicat des apiculteurs de l’Aisne et de l’association sanitaire apicole. On ne sait plus quoi faire”. Le 6 juin, le syndicat portait plainte contre Bayer, le géant allemand qui a racheté Monsanto et dont le siège est situé à Lyon. Cet automne, un apiculteur de l’Aisne s’était en effet vu retourner son miel par le grossiste Famille Michaud Apiculteurs, propriétaire de la marque Lune de Miel, les analyses effectuées ayant révélé l’existence de traces de glyphosate dans celui-ci.

Or, le glyphosate est un herbicide fréquemment utilisé et classé comme substance “cancérigène probable” par le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC) de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). “Dans les zones de grande culture, on en retrouve de partout, explique Jean-Marie Camus. Même dans nos légumes”. Les plantes que butinent les abeilles sont donc directement touchées, tout comme le sol qui par un phénomène de rémanence très fort peut garder des traces de glyphosate encore plusieurs années après la contamination. “C’est une chaîne sans fin, on est pris au piège”, conclut l’apiculteur avec lassitude.

Pour les apiculteurs il faut que Bayer, anciennement Monsanto, revoie ses produits. En effet, Monsanto commercialise son glyphosate sous la marque Roundup depuis 1975. “Ils n’ont jamais rien fait pour qu’il y ait un produit moins nocif, accuse Jean-Marie Camus. Ils se sont tus en sachant très bien que c’est cancérigène, et maintenant Bayer sort un produit pour soigner les abeilles !” Une enquête préliminaire pour “administration de substances nuisibles” a été diligentée par le parquet de Lyon.

à lire également
Agriculteur traitant un champ aux pesticides – région de Lille, 2016 © Denis Charlet / AFP
La commission d'enquête spéciale du parlement européen chargée d'enquêter sur les modalités d'autorisation des pesticides en Europe débarque à Lyon, au Centre international de la recherche sur le cancer (CIRC), pour évaluer comment Monsanto a exercé des pressions sur les chercheurs.
1 commentaire
  1. Abolition_de_la_monnaie - 5 juillet 2018

    Comment arrêter cet empoisonnement généralisé, juste en accusant 1 seul producteur de Glyphosate ?

    Pour info : https://www.enviscope.com/agriculture/glyphosate-la-chine-premier-producteur-mondial/34908

    Le glyphosate et son utilisation, n'existent QUE parce que ça rapporte du fric d'en utiliser et d'en produire. Vous ne voyez toujours pas le rapport entre "empoisonnement généralisé de l'environnement" et "utilisation de l'outil monnaie" ? Vous vous dites : "non mais c'est pas l'problème !"
    Ben si.
    Et il vous faudra encore très longtemps avant que l'information fasse "tilte"...

    Depuis quand une décision de justice ferait du mal à l'économie monétaire ? :o)

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut