Un nouveau dispositif d’aides est prévu par le gouvernement et pourrait permettre d’alléger de près de 25% la facture d’électricité de la Ville de Lyon. (Photo de JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP)

Lyon pourrait bénéficier d'un "amortisseur électricité", pour réduire sa facture

Face à la hausse des prix de l'énergie, l'État compte mettre en place pour les collectivités comme Lyon un "amortisseur électricité", pour alléger leur facture de 10 à 25%.

En 2023, Lyon pourrait bénéficier d'un "amortisseur électricité". En déplacement dans la métropole de Lyon, la ministre de la transition énergétique, Agnès Pannier-Runacher, a évoqué la mise en place d'un simulateur sur le site des impôts, à partir du 1er janvier, jusqu'au 31 décembre 2023. Pour faire face à la hausse des prix de l'énergie, le gouvernement avait annoncé la mise en place d'un premier bouclier tarifaire pour certaines collectivités locales et les PME en difficulté. Des aides qui n'étaient jusque là pas destinées aux grandes villes.

Un trou dans la raquette qui a poussé l'exécutif lyonnais à reporter d'un mois son débat d'orientation budgétaire et de décaler au mois de mars 2023 le vote de son budget, dans l'attente de la fin des débats au Parlement sur le projet de loi de finances. Lyon, comme d'autres collectivités, espère ainsi pouvoir boucler un budget 2023 en prenant en compte des aides de l'État, qui viendraient amortir l'explosion de son budget énergie, qui devrait progresser de 100%. Ces derniers mois, la Ville a annoncé à plusieurs reprises que sa facture d'énergie passerait ainsi à 40 millions d'euros.

Lire aussi : Électricité : vers une hausse des impôts à Lyon ?

Une aide de 10 % à 25 % sur la facture d'électricité

À l'approche de la fin d'année, la situation semble évoluer du côté du gouvernement. De manière à compléter son dispositif d'aides, l'exécutif va proposer un "amortisseur électricité" pour les collectivités non-éligibles au bouclier tarifaire. À compter du 1er janvier, le maire de Lyon et ses équipes pourront se rendre sur un simulateur pour tester l'éligibilité de la Capitale des Gaules.

Agnès Pannier-Runacher, ministre de la Transition énergétique en visite à l'OL Groupe.
Agnès Pannier-Runacher, ministre de la Transition énergétique en visite à l'OL Groupe sur fond de crise énergétique @ CG

Sur son site internet, le ministère de la Transition énergétique précise que cet amortisseur visera "l’ensemble des collectivités locales, leurs groupements, les associations à but non lucratif et établissements publics opérant dans un secteur non concurrentiel, et ce quelle que soit leur taille".


"Avec l'amortisseur électricité, c'est 10 % à 25 % de la facture d'électricité qui est retiré dès le mois de janvier", Agnès Pannier-Runacher, ministre de la Transition énergétique 


Concrètement, le simulateur en ligne permettra aux collectivités de calculer directement l'économie faite sur leur facture. L’État prendra en charge une partie de la facture d’électricité dès lors que le prix souscrit dépasse un certain niveau de prix. "Avec l'amortisseur électricité, c'est 10 % à 25 % de la facture d'électricité qui est retiré dès le mois de janvier. Ce sera en fonction du coût auquel les collectivités locales ont contractualisé leur contrat d'électricité, qu'elles auront en moins sur leur facture de manière automatique dès le mois de janvier", précise à Lyon Capitale Agnès Pannier-Runacher, la ministre de la Transition énergétique.

L’amortisseur électricité permettra dans un premier temps de protéger les consommateurs ayant signé les contrats les plus élevés, avec un plafond d’aide unitaire renforcé. Puis, l'aide sera définie sur un indicateur présent sur les factures des collectivités locales, grâce à un "calcul simple". Pour l'heure, le projet de loi de Finances adopté en première lecture à l'Assemblée nationale prévoit une enveloppe de 3 milliards d'euros pour cet "amortisseur électricité.

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut