Circulation à Lyon la nuit © Tim Douet
© Tim Douet

Lyon : Macron met un clou dans le cercueil de l'Anneau des sciences

Alors que la question de la construction de l'Anneau des sciences se fait de plus en plus forte à Lyon, se pose également celle de son financement. Emmanuel Macron vient de mettre un clou dans le cercueil de cette infrastructure censée boucler le périphérique de Lyon d'ici 2030, voire bien plus tard.

L'autoroute urbaine de l'Anneau des sciences est un serpent de mer à Lyon qui fait parler de lui depuis plus de trente ans. Censé boucler le périphérique autour de 2030, ce projet a encore pris du retard et se retrouve sous le feu de nombreuses critiques. Mais au-delà de la question de sa nécessité dans un contexte où la question climatique se fait de plus en plus importante, se pose avant tout celle de son financement.

Selon nos informations, depuis plusieurs semaines, le gouvernement est ferme sur cette infrastructure et ne veut pas en entendre parler pour plusieurs raisons. On retrouve celle du contexte écologique, mais aussi une autre liée à la sécurité, avec le risque de voir ce chantier occupé par plusieurs ZAD (zones à défendre). "C'est un Notre-Dame-des-Landes puissance sept", souffle une source proche de l'État, sept comme le nombre des portes, en réalité des échangeurs qui doivent être construits pour certains dans des zones encore boisées de la métropole (lire ici).

"Si elles polluent, nous ne les financerons pas"

Dans un message posté sur le réseau social Twitter, le président Emmanuel Macron a mis un clou supplémentaire dans le cercueil dans l'Anneau des sciences : "On ne peut pas prétendre lutter contre le réchauffement climatique et continuer à financer des infrastructures, en France ou à l'étranger, qui augmentent les émissions de CO2. Là encore, nous serons cohérents : si elles polluent, nous ne les financerons pas".

Selon plusieurs sources, le projet d'autoroute urbaine à Lyon fait bien partie des infrastructures ciblées par cette déclaration. "Les services de l'État ont fait remonter les nombreuses problématiques soulevées par l'Anneau des sciences", confie une source proche du ministère des Transports. Pour leur part, les arguments d'un Anneau qui serait "propre", portés par Gérard Collomb, n'ont pas trouvé d'oreilles favorables du côté de l'État (lire aussi : Le mythe de l'Anneau des sciences "propre" par une étude). La voiture thermique est très loin d'avoir entamé un déclin, tandis que pour la deuxième année consécutive la moyenne des émissions de CO2 des ventes de véhicules particuliers a augmenté selon l'EEA (agence européenne de l'environnement). Elle est désormais à 120 g de CO2 par kilomètres, soit une hausse de 2 grammes de CO2 par kilomètre par rapport à 2017.

Un financement impossible à boucler ?

Sans l'État, le projet sera particulièrement difficile à financer, pour ne pas dire impossible. De son côté, le maire de Lyon met sur la table la possibilité de le faire grâce à un péage (lire ici). "Cela ne suffira jamais à financer une infrastructure estimée entre 3 et 5 milliards d'euros, voire plus", confie cette même source proche du ministère des Transports "Avec une concession offerte à un grand groupe et un péage, on risque en plus de souffler sur les braises des Gilets jaunes".

Depuis début septembre, le constat est le même du côté de certains proches de Gérard Collomb et David Kimelfeld : "Même avec un péage", "on ne pourra pas financer l'Anneau des sciences". De son côté le président de la métropole, David Kimelfeld, entretient le flou et devrait prochainement dévoiler des possibles alternatives à l'infrastructure. Alors que certains membres de l'entourage de Gérard Collomb lui reprochent d'avoir "levé le crayon" et qu'à cause de cela "l'Anneau des sciences ne pourrait voir le jour qu'en 2035", la question des alternatives semble aujourd'hui incontournable. Dernier précédent en date, l'A45 qui devait relier Lyon à Saint-Etienne avant d'être abandonnée par le gouvernement alors que la procédure de concession avait déjà été engagée et la réflexion sur les alternatives oubliées. Pour le financement de l'Anneau des sciences, le message est donc clair dès à présent.

à lire également
Gérard Collomb lance sa campagne des municipales 2020
Gérard Collomb est officiellement entré dans la campagne des métropolitaines ce samedi matin. Dans son discours de clôture, devant 500 personnes, à la fin d’une réunion de travail qui avait des airs de meeting, le maire de Lyon a tenté de se poser en candidat écologiste tout en rappelant sa fibre très économique.
16 commentaires
  1. Abolition_de_la_monnaie - 24 septembre 2019

    Cet anneau de la pollution aura consommé déjà beaucoup de ressources (articles, temps perdus, etc)
    🙂

    1. raccoon - 24 septembre 2019

      Et pendant que l on parle d un projet criminel qui se ne fera pas on prend encore encore plus de retard sur les infrastructure et les solution qui permettrons d améliorer la situation, Collomb et vraiment un sacre boulet pour Lyon

    2. JANUS - 24 septembre 2019

      Pourtant, beaucoup, comme Abolition, roule encore en bagnole et donne des leçons de conduire écolo !

      1. Abolition_de_la_monnaie - 24 septembre 2019

        Et non, je suis à vélo même si parfois, honte à moi, j'utilise un véhicule qui produit des matières cancérigènes. Mais encore une fois, la recherche de "pureté" c'est fait pour les extrémistes et on n'est pas dans cette équation. Le but est de changer le flux principal, composé des moyennes comportementales.

  2. gintonic - 24 septembre 2019

    Excellente nouvelle, arrêtons de déverser des milliards de deniers publics dans des projets voués à l'échec sur le moyen/long terme.
    Mais ca ne veut pas dire qu'il faut rester dans l'immobilisme! En parlant du même secteur, a quand la jonction entre brignais et givors en train?

  3. Gérard Dutal - 24 septembre 2019

    """"L'anneau des sciences : un notre dame des landes puissance 10 !!!!""_ Scandaleux ,ce gouvernement Macron a une trouille monstre des écologistes Gouverner ce n'est pas reculer sans cesse devant les difficultés à résoudre les pb .Honte a Macron qui se fiche des Lyonnais de la presqu'île qui crèvent de la pollution des parisiens et des étrangers qui traversent Lyon pour aller à la mer ou au ski !!

    1. Abolition_de_la_monnaie - 24 septembre 2019

      Mais voyons Monsieur Dutal, ce n'est pas à cause des gens qui défendent une vie sans autoroute devant chez eux, qui ne veulent pas la destruction des terres agricoles, d'encore plus de pollution au niveau global, que monsieur Macron ne veut pas financer.
      Il ne PEUT PAS financer. Ce projet est un projet hors d'âge. Non à l'anneau de la pollution.
      La presqu'île ? C'est surtout " l'immobilier et le bizness de la Confluence" qui y perd !
      Et si vous ne voulez plus plus de "transit" (à raison) devant vos fenêtres, il faut militer pour une autre société (pour le ferroutage, pour la taxation des transports individuels qui génèrent la pollution dont vous vous plaignez, avoir des trains de partout et pas seulement des grandes lignes). Cette méthode est plus énergivore que d'envoyer la pollution chez les autres, mais elle a énormément plus d'avenir.
      🙂

    2. Lugdunum69 - 24 septembre 2019

      Il faut abolir, petit à petit certes, tout ce qui a trait à la pollution, point final. Et tout le monde sera content en 2050...

  4. Galapiat - 24 septembre 2019

    que de mauvaises raisons pour annuler l'anneau des sciences, les véritables sont TOUT les budgets bloqués pour Paris, J.O de 2024, et Circulation du "grand Paris".
    Quand à l'A45 le prétexte invoqué préservation de terres agricoles ?? quand la ZAC des platieres tiens ses premières réunions pour s'agrandir de 20 puis encore 20ha. sur le tracé,
    En compensation E. Borne devait allouer 400millions par an pour "aménager l'existant (A47 ??) Une promesse pas encore tenue pour 2019. Le résultat de l’œuvre dévastatrice de l'influence écolo.

    1. Abolition_de_la_monnaie - 24 septembre 2019

      Oui, ces "sales écolos" qui dépense leur énergie pour défendre un environnement sain pour tout le monde, face aux pollueurs qui ont toujours une "bonne raison économique". 😀

  5. Galapiat - 24 septembre 2019

    Gintonic !! cherche pourquoi cette liaison ferrée existante rénovée dans les années 1985 voies , ballast, signalisation tout à été remis à neuf jusqu'à Givors-Canal puis une des deux voies supprimée !!! celle restante abandonnée, tout est en place , possibilité de créer une halte et un immense parking sur le lieu de l'ancienne gare de Millery.

    1. nico-yzfr6 - 25 septembre 2019

      Abolition de la monnaie : je ne sais pas pourquoi vous cherchez encore à répondre à ses penseurs du siècle passé : moi dès que je lis une mise en accusation des écolos (bobos écolos, insulte suprême de ces bas du front) d'extremisme quand on cherche à protéger l'existant, je passe direct mon chemin. Ils ne méritent que notre mépris.
      Je suis contre le tout bagnole dans Lyon et je rêverais de voir cette autoroute urbaine, sa verrue de Perrache et son tunnel disparaître, donc j'aimerais qu'une solution soit trouvée. Je ne suis pas capable de dire si l'anneau des sciences améliorerait la solution. Ce qu'il y a de sûr, c'est que pour prix de l'infrastructure il faudrait qu'elle apporte un bénéfice colossal, ce dont je doute. Alors vite, proposez nous des solutions pour abandonner nos voitures !

      1. vieux caladois - 25 septembre 2019

        c'est une blague ?

      2. Lugdunum69 - 25 septembre 2019

        @nico-yzfr6

        Les solutions pourraient exister si les gens abandonnent les voitures. Il n'y a pas beaucoup de desserte TCL parce qu'il n'y a pas beaucoup de client. Si la TCL constate une augmentation de flux, elle renforcerait les dessertes.

        Malheureusement beaucoup préfèrent leur petit confort et la rapidité. Alors qu'ils pensent bosser et assurer l'avenir de leurs gosses ainsi, c'est tout l'inverse ils vont leur donner une Terre bien difficilement récupérable...

      3. Bernard Girard - 26 septembre 2019

        Nico-yzfr6@ si on réalisait un truc dans ce genre sur A6 - A7 de Limonest à Pierre-Bénite, l'utiliseriez vous ?
        https://foto.haberler.com/haber/2016/11/08/merter-metrobus-duraginda-izdiham-vatandas-yola-8939151_8509_o.jpg

        C'est une voie express réservée pour les bus, au centre d'une autoroute urbaine, sur 50 km, à Istanbul.
        Desservie par quelque chose comme 3000 passages quotidiens.

  6. JANUS - 25 septembre 2019

    Pas de "pognon de dingue" pour boucler l'anneau, plutôt pour l'.AM.E. !

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure


derniers commentaires
Faire défiler vers le haut