Circulation à Lyon la nuit © Tim Douet
© Tim Douet

Lyon : Macron met un clou dans le cercueil de l'Anneau des sciences

Alors que la question de la construction de l'Anneau des sciences se fait de plus en plus forte à Lyon, se pose également celle de son financement. Emmanuel Macron vient de mettre un clou dans le cercueil de cette infrastructure censée boucler le périphérique de Lyon d'ici 2030, voire bien plus tard.

L'autoroute urbaine de l'Anneau des sciences est un serpent de mer à Lyon qui fait parler de lui depuis plus de trente ans. Censé boucler le périphérique autour de 2030, ce projet a encore pris du retard et se retrouve sous le feu de nombreuses critiques. Mais au-delà de la question de sa nécessité dans un contexte où la question climatique se fait de plus en plus importante, se pose avant tout celle de son financement.

Selon nos informations, depuis plusieurs semaines, le gouvernement est ferme sur cette infrastructure et ne veut pas en entendre parler pour plusieurs raisons. On retrouve celle du contexte écologique, mais aussi une autre liée à la sécurité, avec le risque de voir ce chantier occupé par plusieurs ZAD (zones à défendre). "C'est un Notre-Dame-des-Landes puissance sept", souffle une source proche de l'État, sept comme le nombre des portes, en réalité des échangeurs qui doivent être construits pour certains dans des zones encore boisées de la métropole (lire ici).

"Si elles polluent, nous ne les financerons pas"

Dans un message posté sur le réseau social Twitter, le président Emmanuel Macron a mis un clou supplémentaire dans le cercueil dans l'Anneau des sciences : "On ne peut pas prétendre lutter contre le réchauffement climatique et continuer à financer des infrastructures, en France ou à l'étranger, qui augmentent les émissions de CO2. Là encore, nous serons cohérents : si elles polluent, nous ne les financerons pas".

Selon plusieurs sources, le projet d'autoroute urbaine à Lyon fait bien partie des infrastructures ciblées par cette déclaration. "Les services de l'État ont fait remonter les nombreuses problématiques soulevées par l'Anneau des sciences", confie une source proche du ministère des Transports. Pour leur part, les arguments d'un Anneau qui serait "propre", portés par Gérard Collomb, n'ont pas trouvé d'oreilles favorables du côté de l'État (lire aussi : Le mythe de l'Anneau des sciences "propre" par une étude). La voiture thermique est très loin d'avoir entamé un déclin, tandis que pour la deuxième année consécutive la moyenne des émissions de CO2 des ventes de véhicules particuliers a augmenté selon l'EEA (agence européenne de l'environnement). Elle est désormais à 120 g de CO2 par kilomètres, soit une hausse de 2 grammes de CO2 par kilomètre par rapport à 2017.

Un financement impossible à boucler ?

Sans l'État, le projet sera particulièrement difficile à financer, pour ne pas dire impossible. De son côté, le maire de Lyon met sur la table la possibilité de le faire grâce à un péage (lire ici). "Cela ne suffira jamais à financer une infrastructure estimée entre 3 et 5 milliards d'euros, voire plus", confie cette même source proche du ministère des Transports "Avec une concession offerte à un grand groupe et un péage, on risque en plus de souffler sur les braises des Gilets jaunes".

Depuis début septembre, le constat est le même du côté de certains proches de Gérard Collomb et David Kimelfeld : "Même avec un péage", "on ne pourra pas financer l'Anneau des sciences". De son côté le président de la métropole, David Kimelfeld, entretient le flou et devrait prochainement dévoiler des possibles alternatives à l'infrastructure. Alors que certains membres de l'entourage de Gérard Collomb lui reprochent d'avoir "levé le crayon" et qu'à cause de cela "l'Anneau des sciences ne pourrait voir le jour qu'en 2035", la question des alternatives semble aujourd'hui incontournable. Dernier précédent en date, l'A45 qui devait relier Lyon à Saint-Etienne avant d'être abandonnée par le gouvernement alors que la procédure de concession avait déjà été engagée et la réflexion sur les alternatives oubliées. Pour le financement de l'Anneau des sciences, le message est donc clair dès à présent.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut